Promotion clé USB

Bonjour à vous et bienvenue dans ce nouvel article 🙂 Aujourd’hui, je vous propose de parler des différentes utilisations du compost au potager … Personnellement, je trouve qu’il s’agit d’un indispensable, un parfait exemple de recyclage dans lequel, une multitude d’organismes vivants travaillent à la transformation de la matière organique en humus. A savoir qu’il est aussi possible de pratiquer le compostage en surface dans votre potager qui est une méthode encore plus simple à mettre en place et qui présente beaucoup davantage que nous verrons dans un futur article …

Cependant, un compost « traditionnel » pourra vous servir à différents niveaux et est un excellent moyen pour débuter …

 

Les avantages de faire un compost

  1. Très simple à mettre en place, nécessitant peu de moyen (certaines mairies fournissent parfois des composteurs pour encourager le recyclage des déchets).
  2. Il s’agit de l’une des méthodes les plus simples et les plus rapides pour produire de l’humus à la portée de tout le monde.
  3. C’est un excellent appoint à vos cultures les plus gourmandes car le compost (s’il est correctement réalisé) contient des éléments minéraux (azote, phosphore …) ainsi que des oligo-éléments (calcium, souffre etc …) indispensable à la bonne croissance de vos plantes potagères et limitant ainsi les potentielles carences ou encore l’apparition de maladies potagères.
  4. Le compost favorise également à différentes échelles l’activité microbienne améliorant ainsi la structure générale du sol, tout en libérant petit à petit les minéraux qui pourront alors être assimilé par les racines des plantes. Le compost permet également de retenir l’eau que vous apportez (ou l’eau de pluie), c’est alors moins d’arrosage et des économies de ce précieux liquide.

 

Première utilisation du compost : Durant l’automne

Cette méthode est à utiliser si vous avez un petit jardin-potager. Pour les grandes surfaces, il sera préférable …

  • D’utiliser votre compost ponctuellement sur certaines cultures comme je l’explique un peu plus bas.
  • Mais aussi choisir une méthode d’amélioration, d’enrichissement du sol plus adaptée à vos conditions de cultures.

Parmi ces méthodes d’enrichissement du sol, cela peut être …

Bref, cette parenthèse étant faite, vous avez donc passé l’été à récolter de bons fruits et légumes sains de votre potager, vous avez placé dans votre composteur vos épluchures de légumes, une partie de vos déchets de cuisine etc … Vous avez alternez les matières azotées et carbonées afin d’obtenir un compost de qualité, parfaitement équilibré. Vous pouvez donc l’utiliser durant l’automne, après vos cultures d’été en épandant votre compost directement sur le sol de votre potager. L’idéal pour cette opération est de choisir du compost demi-mûr.

Vous vous demandez peut être qu’est-ce qu’un compost demi-mûr ?

C’est tout simplement un compost qui n’est pas encore arrivé à parfaite maturation, qui n’a pas complètement finit de se dégrader. Vous pourrez facilement le reconnaitre par la présence de morceaux non décomposés. Ce qui permettra à cette matière de finir sa décomposition sur place, sur le sol de votre potager bio, activant et nourrissant ainsi la faune souterraine.

Comment vous y prendre concrètement ?

Il vous suffit d’étaler votre compost sur quelques centimètres et surtout, l’important sera de recouvrir cette matière organique. Pour cela, vous pouvez le recouvrir avec …

  • Du carton non imprimés, sans encre et non traités
  • De la paille que vous pourriez trouver sur le bon coin, chez un agriculture bio prêt de chez vous ou parfois dans les magasins de jardinage qui ont des collaborations avec des agriculteurs bio locaux.
  • Des feuilles mortes (ce qui fera un excellent apport de matières carbonées qui sera également très apprécié des vers de terre)
  • Ou alors une bâche mais attention, cette dernière devra laisser circuler l’air afin que la vie biologique puisse continuer à prospérer sous vos pieds. Les « bonnes » bactéries et l’ensemble de cette vie biologique que nous cherchons à favoriser ont besoin d’un milieu aérobie (riche en dioxygène). Dans l’hypothèse d’un milieu pauvre en oxygène, cela va favoriser d’autres espèces plus favorable à ses conditions (anaérobie) mais n’étant pas idéale à la transformation de la matière.

Si vous ne recouvrez pas la matière organique, votre compost … Vous perdrez une partie des minéraux via un phénomène naturel : le lessivage. Ce dernier nettoie (entre guillemet) les minéraux par l’action de la pluie. De ce fait, couvrir votre sol vous permettra …

  1. De conserver les éléments nutritifs pour vos légumes
  2. D’éviter que votre sol soit exposé aux intempéries, qu’il soit matraqué etc …
  3. De limiter la pousse de ce que beaucoup appelle « mauvaises herbes« 
  4. De plus, cela vous facilitera le travail du sol en début de saison. Selon la méthode de couverture utilisé, je vous conseille de surveiller qu’elles restent bien en place durant l’hiver. Une fois arrivé au printemps, vous pourrez retirer votre couverture du sol, préparer votre sol et commencer vos premiers semis de printemps.

 

Deuxième utilisation du compost : Faire votre propre terreau à semis

Comme je l’explique dans mon livre, il est possible de réaliser votre propre terreau à semis pour cela …

  • Mélanger 2/3 de compost avec 1/3 de terre du jardin
  • Tamiser l’ensemble afin de retirer les gros éléments (cailloux etc …)
  • Puis ajouter 1/4 de sable à l’ensemble.

Il existe d’autres méthodes pour faire son propre terreau à semis tels que le terreau de feuille etc … Mais personnellement, je vous suggère de préférer le terreau du commerce qui sont (normalement) …

  • Dépourvus de potentiels germes pathogènes.
  • Parfaitement équilibré et permettant d’apporter aux plantes l’ensemble des éléments indispensables jusqu’au moment de la plantation.

Cependant, si vous envisagez de faire votre propre terreau avec votre compost, il est important que ce dernier soit correctement réalisé en respectant …

  • Le rapport carbone / azote pour que votre compost soit parfaitement équilibré avec l’ensemble des éléments nutritifs pour vos plantes
  • La hausse de température purifiante et permettant la destruction des potentiels germes pathogènes, des graines d’adventices etc …

 

Troisième utilisation du compost : En guise d’appoint à vos cultures

Probablement la méthode que j’utilise le plus avec mon compost et que je recommande ! Cela peut se faire de plusieurs manières …

Soit un apport au moment de la plantation : Ce qui va favoriser la bonne reprise de la plante en lui fournissant un ensemble d’éléments nutritifs pour la booster. Et n’oublions pas qu’une plante bien « nourrit » est une plante moins sensible, moins fragile aux potentiels attaques de nuisibles ou encore aux développements de maladies.

Soit durant la pleine saison : Pour cela, étaler régulièrement (toutes les 3 semaines environ) une fine couche de compost bien mûr aux pieds de vos cultures les plus gourmandes tels que les tomates, les aubergines, les poivrons etc … Pour cela, écartez le paillage en place (élément également indispensable à un potager bio), étalez votre compost sur environ 50 centimètres d’envergure, puis recouvrez-le avec votre paillage. Cet appoint ponctuel durant la saison sera très bénéfique à vos plantes potagères pour les raisons déjà citées au début de cet article 😉

 

Les différents besoins en compost selon le légume

Les besoins en éléments nutritifs varient d’un légume à un autre et cela est à prendre en compte avant d’épandre votre compost sur vos parcelles ou bien de réaliser des appoints ponctuels. Certaines cultures sont très exigeantes, c’est le cas, des tomates, des courges et courgettes, des aubergines, des poivrons, des pommes de terre etc … Pour l’ensemble de ces fruits et légumes, plus votre sol sera fertile, riche en minéraux et plus vos plantes seront fortes, résistantes mais aussi et surtout, productives. Comme vous pouvez l’imaginer, vos résultats au potager vont avant tout dépendre du rapport entre le plante et ses besoins et comment vous allez répondre à ces différents besoins selon la plante.

Par exemple, certaines cultures tels que les plantes à bulbes (oignons, échalotes etc …) vont plutôt apprécier les sols moins riches. De ce fait, pour ces plantes il faut oublier complètement un éventuel apport de compost en avant saison ou en appoint durant la saison mais, plutôt les faire suivre sur une parcelle qui a accueillit des plantes très exigeantes par le passé et qui auront (entre guillemet) épuiser les réserves du sol. D’où l’importance avant d’épandre votre compost dans votre potager ou encore de réaliser des appoints ponctuels de bien connaitre les besoins de vos plantes mais aussi de bien préparer vos saisons d’année en année en fonction de l’emplacement de vos légumes.

J’espère que cet article vous a plu … Qu’en avez-vous pensé ? Avez-vous des choses à ajouter, à compléter ? Je vous laisse mon clavier 😉

​Vous débutez ? ​Découvrez quoi SEMER et PLANTER chaque mois ...

close

​Téléchargez vous aussi le livret contenant TOUS les semis et plantations mois par mois