Promotion clé USB

Bonjour à toutes et à tous 🙂 Les plantes qui vous entourent et qui sont naturellement présente dans votre environnement possèdent des propriétés qui peuvent vous aider à lutter contre les dits « nuisibles », à booster vos plantes potagères ou encore à prévenir certaines maladies. Cependant, ces préparations naturelles demandent quelques connaissances afin d’en tirer le meilleur partie. Aujourd’hui, je vous propose donc de voir ensemble les différentes préparations possibles …

Avant d’utiliser des préparations naturelles

Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, parlons d’un point que je pense important : ces préparations naturelles sont à combiner selon moi, à une bonne pratique de culture car elles peuvent (effectivement) être un petit plus à apporter dans votre potager mais, vous pouvez aussi complétement vous en passer si vous mettez en place en amont les bonnes bases dans votre potager. Par exemple, si vous travaillez correctement la fertilité de votre sol, si vous l’améliorez constamment, si vous recopiez tout simplement les systèmes forestiers dans votre potager, vous ne devriez pas forcément avoir besoin de fertilisant pour vos plantes.

Egalement si votre terre est capable de répondre en intégralité aux différents besoins de vos plantes potagères, ces dernières seront alors moins sensibles aux potentielles attaques de nuisibles et / ou de maladies car, au final, les plantes sont un peu comme nous. Si nous manquons de vitamines, de sommeil etc … et bien nous sommes beaucoup plus susceptibles de tomber malade. Pour les plantes, c’est la même chose et certains nuisibles vont justement préférez les plantes plus jeunes et parfois déjà fragilisé, c’est un peu le cas des pucerons.

Au passage, puisqu’on parle de « ravageurs », il y a deux possibilités qui s’offrent à vous : La première est de passer à la lutte active en contrôlant vous même la présence du « nuisibles » en question (via les préparations naturelles) mais dans ce cas, il est plus compliqué d’installer durablement un équilibre dans votre jardin-potager. Les dits « auxiliaires » auront moins de sources de nourritures pour s’installer. La seconde option est justement de ne pas agir mais attention, cela ne va pas dire de rien faire. Bien au contraire, l’idée est d’étudier le « nuisible » en question, son mode de fonctionnement, son cycle de vie, les prédateurs naturels, les moyens préventifs afin de les mettre en place dès l’année suivante et donc, de favoriser durablement ce fameux équilibre entre les espèces résidant dans votre jardin-potager.

Tout ceci mériterait bien un article complet mais ce n’est pas le sujet du jour … J’avoue … Je me suis un peu égaré ! Bref, revenons à nos moutons ou plutôt à nos histoires de purins …

Les purins

Pour la préparation d’un bon purin (qui va sentir très bon), il faut environ 1 kilos de feuilles de la plante sélectionnée pour 10 litres d’eau de pluie de préférence. Mais selon le cas et la taille de votre jardin, vous pouvez bien entendu adapter ces quantités par exemple en préférant 500 grammes de feuilles pour 5 litres d’eau. Ensuite, pensez à brasser chaque jour le mélange et au bout d’une bonne dizaine de jours, vous devriez voir des bulles en surface de votre préparation naturelle qui est le résultat de la fermentation. A ce stade, il vous faudra filtrer l’ensemble afin de récolter le mélange que vous pourrez alors stocker dans des bidons, à l’abri de la lumière et de la chaleur. Les purins pouvant être conservés pendant plusieurs semaines dans ces conditions.

Petite astuce : Pour faciliter l’étape de la filtration, vous pouvez placer vos feuilles dans un filet que vous pourrez ainsi plus facilement retirer à la fin de la fermentation.

Les décoctions

Cela consiste à extraire les principes actifs d’une plante via un processus de dissolution dans de l’eau bouillante. Pour cela, vous pouvez commencer par faire tremper la plante fraiche dans de l’eau froide durant une journée. Ensuite, il suffit de faire bouillir l’ensemble pendant une quarantaine de minutes (Ce temps peut varier selon la plante utilisée). Reste alors à filtrer. Ce type de préparation naturelle sont à réaliser de manière ponctuelle en réponse à une situation précise dans le jardin et contrairement aux purins, les décoctions ne peuvent pas être conservées, il faut donc les utiliser rapidement.

Les macérations

Beaucoup plus simple que les précédentes préparations, l’idée est ici encore d’extraire les principes actifs d’une plante. Pour cela, vous devez faire tremper la plante dans de l’eau froide pendant une journée avant de filtrer l’ensemble. Comme pour les décoctions, cette préparation est à réaliser ponctuellement et doit être utilisé rapidement sans les conserver.

Les infusions

On se fait un petit thé ? C’est effectivement le même principe … Faites bouillir de l’eau et versez-là sur la plante que vous aurez préalablement hachez et placez dans un récipient. Laissez ensuite infuser pendant une bonne vingtaine de minutes avant de filtrer la préparation, qu’il faudra laisser refroidir avant utilisation. De même, cette préparation ne se conserve pas, il faudra donc l’utiliser dans la foulée.

D’un point de vue général et à partir du moment où vous souhaitez utiliser ce type de préparation naturelle, il faut également observez l’effet sur la plante, parfois renouveler si nécessaire et les utiliser dans de bonnes conditions météos pour que leurs effets soient plus efficaces. Je vous laisse mon clavier pour écrire un commentaire ci-dessous 😉 Je vous lirai avec plaisir et je vous dis à très bientôt au potager bio ! …

​Vous débutez ? ​Découvrez quoi SEMER et PLANTER chaque mois ...

close

​Téléchargez vous aussi le livret contenant TOUS les semis et plantations mois par mois