Les aleurodes aussi appelé mouche blanche sont un véritable fléau pour les plantes du potager, celles de la maison et les plantes d’ornement. Petits de taille (pas plus de 3 millimètres de long pour les adultes), ces insectes appartiennent à la famille des hémiptères, tout comme les punaises ou encore les pucerons … En bref, ce sont des piqueurs-suceurs qui peuvent causer d’énormes dégâts au jardin s’ils ne sont pas vite stoppés dans leur prolifération. Il existe différentes espèces d’aleurodes dont les plus courant sont l’aleurode des serres, l’aleurode du chou ou encore du tabac et du citrus. Ces insectes volants sont particulièrement favorisé lorsqu’il faut chaud. Voici quelques astuces simples et naturelles pour venir à bout de ces nuisibles

 

Les aleurodes des serres, ou mouches blanches

D’un point de vue général, j’ai souvent été confronté aux aleurodes qui se développent principalement sous serre. Cependant, ces insectes ravageurs peuvent faire des dégâts sur les plantes d’intérieur, dans les vérandas et même sous châssis au potager. L’une des grandes difficultés avec les mouches blanches est que de nombreuses espèces végétales constituent des plantes hôtes de choix pour ces dernières, dont …

 

Les dégâts de la mouche blanche

Les aleurodes sont très gourmands. Ils s’attaquent sans relâche aux végétaux que l’on trouve dans le jardin. Mais les aleurodes peuvent aussi s’en prendre aux fleurs et aux plantes d’intérieur ! Les mouches blanches sucent la sève de leur hôte et l’affaiblissent jusqu’à le faire dépérir en cas d’infestation de masse. Les larves sécrètent aussi du miellat qui favorise le développement de fumagine. Les adultes peuvent transmettre des maladies virales ou bactériennes par leurs piqûres. En plus de causer des dégâts visibles et importants aux plantes, l’aleurode est aussi vecteur de phytovirus. Un traitement s’impose donc en sa présence.

L’aleurode des serres (qui est originaire d’Amérique centrale, sauf erreur de ma part) aime les environnements chauds. Il s’attaque donc aux plantes potagères et ornementales, notamment sous serre ou climat sec et chaud. L’aleurode du chou ne craint pas le froid et s’en prend généralement au potager. L’aleurode de tabac apprécie les serres. Quant à l’aleurode des citrus, il s’en prend principalement aux agrumes, mais pas seulement ! Comme vous pouvez le voir, nous sommes ici sur un insecte pas forcément simple à identifier de part sa petite taille, qui a un large panel de plante hôte et qui peut au delà également transmettre des maladies aux végétaux.

 

Comment se débarrasser des aleurodes ?

Pour lutter contre les aleurodes, et pour rester dans l’esprit du blog Au potager bio, nous allons chercher à utiliser les moyens de lutte biologique ou traitements naturels pour réguler la présence de ce nuisible. Mon conseil si vous êtes confronté aux aleurodes est de combiner l’ensemble des méthodes présentées ci-dessous afin d’obtenir une synergie et une meilleure efficacité. Voici les pistes sont à privilégier dans le cadre de la permaculture

 

Aleurodes et lutte biologique

Pour lutter contre l’aleurode, on peut bien sûr tirer profit de la lutte biologique. Pour cela, on va chercher à favoriser ou éventuellement introduire (selon l’échelle car, dans nos potagers amateurs, cela peut être un peu plus complexe) en quantité suffisante des insectes prédateurs des aleurodes. Il peut s’agir de la coccinelle noire (Delphastus pusillus) qui se nourrit de nymphes et d’œufs d’aleurodes. On peut aussi choisir le Dicyphus hesperus, qui n’est pas spécifique à l’aleurode, mais qui en apprécie les œufs et les larves. La punaise verte (Macrolophus pygmaeus, ex-caliginosus) se nourrit aussi bien des œufs que des adultes.

 

 

Par ailleurs, deux types de microguêpes pondent des œufs dans les œufs des larves d’aleurodes. Il s’agit de l’Encarsia formosa et de l’Eretmocerus eremicus, qui sont à utiliser d’avril à octobre. Ces microguêpes sont très efficaces pour éradiquer les aleurodes du jardin de façon durable. Enfin, en lutte biologique, on peut aussi utiliser des plantes répulsives pour éloigner les insectes nuisibles du jardin. Pour éloigner l’aleurode, il faut semer ou planter de l’œillet d’Inde comme plante répulsive. Pour une bonne efficacité de cette méthode, il faut bien entendu planter à proximité des plantes potentiellement sensibles ou directement dans la serre, à l’entrée de cette dernière pour éloigner les aleurodes ou autres mouches blanches.

 

Recette de grand-mère contre la mouche blanche

Lorsque les colonies d’aleurodes des serres (ou autres aleurodes) sont installées dans le jardin, il est possible d’utiliser un mélange d’eau et de savon noir à pulvériser sur les plantes. Particulièrement efficace, cette recette de grand-mère contribue à tuer un très grand nombre d’aleurodes. En recette de “grand-mère” contre les mouches blanches, on peut aussi citer le purin d’ortie ! En prévention et en traitement, il faut bien insister sur le revers des feuilles des plantes. Le purin d’ortie devrait aussi renforcer la résistance des plantes face aux parasites et aux maladies.

D’autre part, les aleurodes craignent l’humidité et le froid. Il ne faut pas hésiter à arroser les plantes (mais attention à l’excès d’humidité qui peut aussi favoriser le développement de certaines maladies tels que l’oïdium ou encore le mildiou) et à aérer la serre le plus possible afin de “casser”, si je puis m’exprimer ainsi, les conditions favorables à sa prolifération. Si celle-ci abrite des plantes qui ne craignent pas les maladies cryptogamiques, il est possible d’arroser le feuillage en fin de journée mais prudence sur ce point … Enfin, après application de l’une ou de plusieurs de ces solutions, vous pourrez aussi vous faire la chasse aux oeufs ! Pour cela inspectez le revers des feuilles. Si vous y trouvez des œufs, collectez-les et brûlez-les afin de ne pas les voir éclore. C’est un traitement radical contre les mouches blanches !

 

Prévenir l’apparition des aleurodes

Comme je le suggère souvent sur le blog ou encore dans la lettre d’information, dans le jardin, mieux vaut prévenir que guérir. Certaines des solutions citées ci-dessus sont d’excellentes techniques de prévention à mettre en œuvre dans le jardin. Les œillets d’Inde plantés à des endroits stratégiques vont dissuader les aleurodes de s’en prendre à vos plantes. Il en est de même pour le basilic et l’arnica, qui viendront renforcer cet effet répulsif face à la mouche blanche. Sans oublier les plantes intéressantes à tester tels que la tanaisie.

Comme je l’écrivais dans la partie précédente, le purin d’ortie est aussi une très bonne solution de prévention face à l’aleurode, en plus de fortifier les plantes qui en bénéficient. Dans les serres et dans la maison, faites le nécessaire pour maintenir une atmosphère humide et aérée, afin de conserver des conditions défavorables aux aleurodes. Si le temps est frais et humide, sortez vos pots. Les pièges englués jaune anti-aleurodes sont une solution pour éliminer les premiers adultes avant qu’ils ne pondent, mais attention avec ce moyen de lutte car il peut aussi piéger des insectes utiles au jardin.

 

Aleurodes : Ce qu’il faut retenir

Les aleurodes représentent un problème sérieux qu’il faut prendre en charge le plus tôt possible en mettant en place l’ensemble des actions préventives pour réduire les dégâts que causent ces mouches blanches et qui peuvent être considérables sur les plantes potagères, allant jusqu’à vous faire perdre des récoltes. Dans l’ordre … une fois que vous avez constaté les premiers dégâts, je vous suggère de commencer par bien comprendre les conditions favorables aux aleurodes tout en appliquant les traitements naturels (selon votre seuil de tolérance). Par contre, dès l’année suivante, pensez à l’ensemble des gestes préventifs pour vous éviter une lutte acharnée chaque année au potager.

 

Je vous propose de me dire dans les commentaires si vous avez vous aussi déjà été confronté à ces insectes et quelles méthodes vous utilisez pour les contrôler de manière efficace ?