Si vous êtes en train de dévorer vos bonnes récoltes de tomates du jardin, il va falloir, malgré tout, penser à récupérer et conserver quelques graines pour les semis de l’année prochaine. Personnellement, j’essaie toujours de faire ceci dès les premières récoltes et pour plusieurs raisons que je détaillerai un peu plus bas. D’un point de vue général, la récupération de semences est une opération très simple à réaliser mais, il faut tout de même prendre quelques précautions pour éviter les potentiels problèmes par la suite. Voyons ensemble comment vous y prendre…

 

Les avantages de vous constituer un stock de graine

L’un des premiers avantages que j’aimerais mettre en avant est le côté captivant de conserver les semences d’une année sur l’autre, de préserver une variété mais aussi, de faire pousser vos fruits et légumes bio de la graine à l’assiette, saison après saison. Ensuite, cela permet également avec le temps d’obtenir des variétés de plus en plus adaptées à votre propre environnement de jardinier, à votre région et son climat. Et pour finir, cela permet de ne pas acheter des graines chaque année, ce qui représente quelques économies.

 

Quand récupérer les graines de tomates ?

Comme je l’indiquais en introduction, j’ai tendance à préférer réaliser cette opération lors de la récolte des premières tomates de la saison. Ce qui est fait n’est plus à faire et surtout, votre stock de graine est ainsi assuré pour l’année suivante. D’autant qu’avec la culture des tomates, nous ne sommes jamais à l’abri de les voir attraper le mildiou de manière précoce. Dans ce cas, la récupération de graine est alors déconseillée. De mon côté, j’aime autant récupérer les graines de tomates formées sur des plants sains, sans maladies cryptogamiques. À ce sujet, je vous suggère la lecture de cet article sur les gestes pour éviter le mildiou et une solution plutôt efficace à base de bicarbonate de soude.

 

Le stade de mûrissement des tomates

Tout au long de la vie d’un pied de tomate et des légumes fruits en général. Selon le stade de croissance, la plante va se concentrer sur différentes parties allant de la germination, le développement du système racinaire et des premières feuilles (les cotylédons) permettant la production de photosynthèse, jusqu’à la production de ses fleurs donnant naissance à un fruit, tant attendu par le jardinier. Cependant, lors de la production de son fruit, le pied de tomate cherche avant tout à assurer sa reproduction, via la production de graines contenu dans le fruit.

De ce fait, il est important de récupérer les semences une fois que la tomate est bien arrivée à maturité. Idéalement, il faut (presque) que cette dernière vous “éclate” dans les mains. Ce qui est le signe d’une tomate bien mûre contenant une bonne quantité de futur semis. Bien entendu, il est inutile de récupérer les semences de toutes les tomates d’une même variété. Cela ne sert à rien d’avoir un sur-stock. Il est préférable de prendre en compte le pouvoir germinatif des graines mais aussi, de sélectionner une tomate par variété en choisissant celle qui est la plus représentative de l’espèce, la plus belle et la plus mûre. Ce qui sera un gage de qualité pour vos futurs plants issus de vos semis.

 

Les variétés de tomates à exclure

Les seules variétés que vous devez exclure, si vous souhaitez récupérer les graines d’une année sur l’autre sont les tomates issues de pieds hybrides (de plants F1 pour être plus clair). Pour le reste, si vous cultivez des variétés anciennes et pures, vous pouvez vous lancer … À ce propos, voici une liste de variétés de tomates que je conseille.

 

Pourquoi ne pas récupérer les graines des tomates F1 ?

Tout simplement parce que les plants F1 sont des croisements entre deux espèces, le but étant d’obtenir des plantes présentant les caractéristiques de deux plantes parentes (espèce A + espèce B). Ceci ayant comme avantage de les rendre moins sensibles à certaines maladies ou aux potentielles attaques de nuisibles, qui vont se retrouver un peu perdus sans pouvoir réellement reconnaître, identifier la plante censée les accueillir.

Il faut être honnête cela reste malgré tout un très gros avantage. Cependant, le principal inconvénient qui vous pousse en tant que jardiniers passionné(e)s, à refuser catégoriquement ce type de plants, est qu’ils sont prévus pour une seule année de culture et que vous ne pouvez pas en récupérer les semences saison après saison. Vous vous demandez peut-être pourquoi ?

Et bien, suite à votre semis, vous risquez de vous retrouver avec une autre espèce de tomate l’année suivante et qui n’aura plus rien à voir avec celle que vous aviez cultivé au cours de la première année. De plus, vous constaterez également une forte dégénérescence de vos pieds au fur et à mesure des années, avec un manque goût assez important. C’est pourquoi, la récupération de graines ne concerne que les variétés “pures“ dont vous êtes parfaitement certain(e)s ! Afin d’éviter les problèmes cités plus haut.

 

 

Comment récupérer les graines de tomates ?

Après avoir sélectionné les plus belles tomates, parmi les plus mûres et représentatives de l’espèce cultivée. Voici comment vous y prendre étape par étape …

Etape 1 : Coupez la tomate en deux à l’aide d’un couteau et récupérez avec une petite cuillère la partie contenant les graines (À ce stade, vous pouvez prendre le tout : C’est-à-dire le jus avec les graines)

Etape 2 : Placez les semences et la gélatine qui les entourent dans un bol dans lequel, vous ajouterez un peu d’eau minérale de préférence.

Etape 3 : Attendez 1 ou 2 jours (La rapidité dépend de la chaleur, ce qui permet d’accélérer la fermentation) jusqu’à ce que vous observiez une espèce de couche blanchâtre se développer à la surface de l’eau. Cette étape est assez intéressante car, cette couche est formée par un champignon qui aura une action bénéfique en éliminant certaines bactéries. Il est également important de bien surveiller afin que les graines ne germent pas lors de cette étape. Sinon, c’est fichu comme vous devez vous en douter.

Etape 4 : Pour finir, vous pourrez retirer cette petite couche se formant en surface et laver vos graines pour retirer le reste de la gélatine entourant les semences.

Etape 5 : Reste à faire sécher les semences avant de les stocker pour l’année suivante. Sur ce point, je vous suggère d’éviter le sopalin lors du séchage car, après, c’est un peu compliqué à séparer. Chose que j’ai fait pendant plusieurs années ! Avec le recul, je préfère utiliser un torchon bien sec pour éparpiller les graines.

 

Pour conclure

Comme vous pouvez le voir, la récupération est assez simple à réaliser. Il faudra maintenant patienter quelque temps avant de pouvoir semer vos variétés préférées. Une dernière petite suggestion, c’est de ne pas oublier à noter sur le sachet la date de récupération. À savoir que les graines de tomates peuvent se conserver environ 3 à 4 ans avant de commencer à observer une baisse du taux de germination.

 

Et vous ? Comment vous y prenez-vous ? Avez-vous déjà récupéré vos graines pour l’année prochaine ?