Il y a différents types de nématodes. Certains sont considérés comme auxiliaires et d’autres comme des ravageurs du jardin. Ces derniers (phytoparasite) se trouvent dans le sol et se présentent sous la forme de petits vers ronds. Ils s’attaquent généralement aux racines de vos plantes mais aussi aux légumes racines. Concrètement, ils détruisent les végétaux qu’ils infestent en empêchant les substances nutritives de circuler, ce qui nuit (bien entendu) aux futures récoltes dans le cadre du potager. Les nématodes à galle figurent parmi les plus virulents et destructeurs dans les régions tropicales. Bien sûr, ces parasites sont aussi des vecteurs de maladies pour les plantes. Voici donc comment prévenir la propagation des nématodes nuisibles, et comment lutter naturellement contre ce parasite une fois installé

 

Prévenir les nématodes avec la rotation des cultures

Pour ne pas avoir à entrer dans une lutte sans merci contre les nématodes du jardin, il est possible d’agir en prévention. La prévention consiste à pratiquer la rotation des cultures. Pour cela, il faut éviter de planter deux années de suite les mêmes fruits et légumes d’une même famille, aux mêmes endroits. Cette pratique reste compliqué à mettre en place dans un potager familiale mais bien entendu, elle reste efficace dans certains cas et apporte malgré tout plusieurs avantages, notamment d’éviter l’épuisement des ressources en minéraux des sols.

En prévention, vous pourrez aussi planter des plantes compagnes près des plantes sensibles : l’ail et l’oignon sont de très bons alliés dans la lutte naturelle contre les nématodes. Il en est de même pour les tagètes (œillet d’Inde, rose d’Inde), qui sont des plantes anti-nématodes très efficaces (nématicides naturels). La rotation des cultures permet de prévenir la propagation de parasites (dont font partie les nématodes) et de maladies en cassant leur cycle de vie. Ces mesures de prévention sont à mettre en application dès que possible. En bref, n’attendez pas de faire face à ces parasites pour les mettre en œuvre !

 

Identifier les plantes attaquées par le parasite

En premier lieu, avant de s’attaquer à la source du problème, il faut identifier les plantes atteintes par les insectes ravageurs du jardin. Les symptômes et dégâts visibles réalisés par les nématodes peuvent s’observer sur différentes parties de la plante. Les feuilles jaunissent, se décolorent, s’affaissent… Les fruits ont du mal à se former, se développer et peuvent même présenter des malformations. La plante reste rabougrie, chétive : les tiges peuvent également montrer des signes de déformation. Enfin, les racines sont les plus touchées : elles permettent de diagnostiquer plus facilement mais pour cela, il faut bien entendu, arracher la plante concerné pour être sûr. S’il s’agit bien de nématode parasite, les racines sont alors boursouflées, fourchues (voir photo plus bas dans l’article) … Si vous découvrez les symptômes d’une infestation de nématodes parasites, il va falloir agir le plus tôt possible.

 

Liste des plantes potentiellement sensibles

 

Eviter la propagation des nématodes phytoparasites

Si des nématodes se développent dans votre jardin, il va falloir limiter au maximum leur propagation. Pensez d’abord à désinfecter vos outils après chaque utilisation dans le potager. Arrachez les végétaux infectés par les nématodes du jardin, et brûlez-les. Enfin, pratiquez la rotation des cultures en cas d’attaque. Ne plantez pas les mêmes végétaux aux mêmes endroits lors de la prochaine saison.

 

 

Utiliser la lutte biologique contre les nématodes ravageurs

La lutte biologique est un moyen naturel de venir à bout des nématodes. Le tout, sans mettre en péril l’équilibre du jardin et en respectant la faune et la flore. Il existe plusieurs méthodes pour agir et cela dépend également de l’ampleur des attaques mais aussi bien entendu de votre seuil de tolérance. Et pour le coup, face aux nématodes parasites, il faut du courage mais aussi beaucoup de patience. Cependant, si j’ai une petite suggestion à vous proposer, c’est plutôt d’essayer de combiner les différents moyens pour obtenir un maximum d’efficacité.

 

Les bactéries contre le phytoparasite

Certaines bactéries sécrètent des métabolites toxiques pour les nématodes. On les dit parasites de nématodes (Pasteuria penetrans). Elles libèrent des endospores qui se fixent sur les cuticules des parasites lorsque ceux-ci les effleurent en se déplaçant dans la terre. Si le nématode ne semble pas tout de suite affecté par ces spores, il devient léthargique dès qu’elles sont présentes en nombre suffisant.

 

Les plantes nématicides

Certaines espèces végétales peuvent vous aider à lutter ou limiter la propagation des nématodes au potager. Ces dernières libèrent des substances nématicides. C’est le cas de certaines algues, des spongiaires et des coraux, mais aussi des plantes tagètes dont les oeillets d’Inde font partie, la moutarde blanche et bien d’autres plantes. Ces végétaux nuisent aux nématodes de différentes façons. Leurs substances actives exsudent des racines des plantes et inhibent la pénétration des larves dans les racines. Le sésame agit ainsi. Elles peuvent aussi empêcher l’éclosion des œufs de nématodes, ou directement les empoisonner. L’asperge et la Pervenche de Madagascar sont deux plantes anti-nématodes très efficaces dans ce cadre.

Certaines substances actives des plantes peuvent être synthétisées en réaction à la présence de nématodes et leur infestation : il s’agit de phytoalexines. Elles ont pour effet de bloquer le développement des larves. C’est le cas du cotonnier, par exemple. Enfin, certaines autres substances sont déjà présentes dans les feuilles, les tiges, les fleurs, les graines et les racines. Elles empoisonnent les larves dès qu’elles les pénètrent. L’arachide agit ainsi, tandis que les tagètes et le ricin bloquent le développement et la multiplication des larves.

 

La solarisation

Dans certains pays, on utilise une technique de désinfection des sols naturelle : la solarisation. Elle permet de mettre un terme aux attaques de nématodes sur les tomates et sur les végétaux. Cette technique mise au point en 1975 en Israël a fait ses preuves à de nombreuses reprises et utilise l’énergie solaire. Elle consiste à augmenter la température du sol dans ses couches superficielles (allant de 30 à 40 centimètres) durant une période suffisamment longue pour tuer tous les organismes pathogènes (dont les nématodes) et détruire les semences. Pour cela, il faut recouvrir le sol d’un plastique transparent après l’avoir arrosé abondamment. Ce film laisse passer les rayons UV du soleil. Mais la solarisation montre aussi rapidement ses limites et il est recommandé d’utiliser la lutte intégrée (lutte biologique) en complément !

 

Les nématodes auxiliaires, utiles ou néfastes ?

Il existe plusieurs types de nématodes. Les nématodes parasites, ou ravageurs de jardin, et les nématodes auxiliaires. Les nématodes parasites sont ceux contre lesquels nous cherchons à lutter ici. Quant aux nématodes auxiliaires, ils possèdent un rôle de décomposeurs. Ils transforment les matières végétales et animales en ce que l’on appelle tout simplement humus. Les nématodes auxiliaires libèrent des minéraux et notamment de l’azote, indispensables à la croissance et au développement des végétaux. Ces nématodes utiles font partie de la mésofaune, avec les bactéries, les fourmis, les mille-pattes ou les cloportes. Ils peuvent aussi être utiles en lutte biologique, mais leur manipulation doit se faire avec la plus grande précaution. Les nématodes auxiliaires (Phasmarhabditis hermaphrodita) sont efficaces contre les escargots, les limaces, les hannetons (Heterorhabditis bacteriophora) et les otiorhynques (Heterorhabditis megidis).

 

Pour conclure …

Comme très souvent dans le jardinage biologique et la permaculture, la prévention reste la méthode la plus efficace … Cependant, la lutte biologique (s’ils sont déjà à l’oeuvre dans votre jardin-potager) peut vous aider à venir à bout des nématodes. Utiliser les plantes anti-nématodes et mettre en place une politique de rotation des cultures restent les meilleures solutions à envisager pour lutter contre les nématodes phytoparasites et ravageurs de jardins.

 

Je vous invite à partager votre expérience à ce sujet à travers à commentaire et bien entendu, n’hésitez pas à apporter des compléments et moyens de lutte contre ces petites bêtes …