La rhubarbe (Rheum) est une vivace de la famille des Polygonacées. Assez simple à cultiver, elle peut offrir de belles récoltes au jardinier bio mais peut également être utilisée dans le cadre de préparation naturelle sous la forme de purin de rhubarbe. Ce dernier, de part sa forte teneur en acide oxalique a des vertus répulsives envers les pucerons ou encore la teigne du poireau aussi connu sous le nom de ver du poireau. C’est un puissant insecticide qu’il faut manier avec prudence. La rhubarbe est également une plante perpétuelle qui restera en place plusieurs années (environ 4 ans), avec une très bonne résistance aux gelées. C’est un légume à cultiver dans le potager pour, non seulement récolter les branches (ou devrais-je dire les pétioles) de rhubarbe qui serviront à faire des confitures et divers délicieux desserts, les feuilles de rhubarbe elles, ne se consomment pas mais peuvent être recycler en purin pour vous aider à lutter contre certains indésirables du jardin. Voyons comment cultiver, récolter de la rhubarbe mais aussi comment préparer du purin de rhubarbe

 

Conditions de culture de la rhubarbe

Comme je l’indiquais en introduction, la rhubarbe supporte bien les gelées mais craindra les grosses chaleurs, ses besoins en eau sont assez importants. De ce fait, il est préférable de cultiver à l’ombre ce légume dans un sol riche en humus (humifère) tout en conservant une bonne fraicheur de la terre. Par rapport à cela, je vous suggère de bien pailler le sol et de faire des apports en eau régulier pour faciliter son développement. Personnellement, c’est le type de plante que j’aime cultiver en sous-couche de végétation. C’est à dire au pied d’arbre afin qu’elle profite de l’ombrage dégagé.

 

Peut-on faire un semis de rhubarbe ?

Bien que je recommande d’acheter des plants en jardinerie (ce qui est bien plus simple à mon sens car le semis de rhubarbe est très long à faire), il est malgré tout possible et vous avez deux possibilités : Généralement, le semis de printemps (dans le courant avril) se fait en pépinière et le semis d’automne (courant septembre) se fait sous châssis. Dans le premier cas, il faudra compter presque 2 ans entre le moment du semis et les premières récoltes et dans le second cas, environ 1 an 1/2 (quand je vous disais que c’est long, c’est très long !) …

 

Comment faire le semis ?

Pour le semis de printemps (en avril) : Dans un premier temps, il faut créer les bonnes conditions au niveau de la terre. Pour cela, faites un apport de compost ou fumier bien décomposé à hauteur de 50 % et aérez le sol en profondeur avant de réaliser votre semis. Tout au long de la croissance et jusqu’à la levée, il faudra que le sol reste humide mais sans excès pour ne pas asphyxier les graines. Dès lors que la levée se présente, vous pouvez éclaircir en ne conservant qu’un plant tous les 20 centimètres environ. Tout au long de l’hiver au potager, paillez autour des jeunes plants que vous pourrez ensuite planter à leur emplacement final dès le mois de mars de l’année suivante.

Pour le semis d’automne (en septembre) : Ici la méthode change mais vous gagnez un peu de temps entre le moment du semis et les premières récoltes. Personnellement, je suggère de semer dans des godets en poquet de 2-3 graines que vous pouvez placer sous châssis froid ou alors (le temps de la germination) les placer à l’intérieur. Une fois levée, conservez un plant par godet en sélectionnant celui qui vous semble le plus beau et bien développé que vous pourrez repiquer en pleine terre dès le mois d’avril suivant.

 

La plantation de rhubarbe

Que ce soit des plants issus de vos semis ou de plants achetés dans des jardineries (ce que je recommande), la plantation se fait au mois d’octobre au jardin-potager. Afin d’offrir les meilleures conditions à cette culture et après avoir définit le bon emplacement. Commencez par aérer le sol et à apporter une bonne dose de compost ou fumier à la terre. Plantez alors vos pieds de rhubarbe en prévoyant un espacement d’environ 1 m entre chaque pied. La rhubarbe prend pas mal de place à partir du moment où les plants se plaisent.

 

Entretiens, récolte et conservation

Pour réussir à cultiver de la rhubarbe et avoir des récoltes généreuses et abondantes. Il faut …

  • Arroser régulièrement
  • Bien pailler pour conserver une bonne fraicheur au niveau du sol
  • Retirer les adventices qui se développent trop prêt du plant (surtout en début de croissance)
  • Et surtout, chaque année dans le courant du mois d’octobre, faire un apport de compost tout autour du pied sous le paillage afin d’éviter le phénomène de lessivage

 

La récolte et conservation de la rhubarbe

Le potentiel de récolte de la rhubarbe est assez long, ce qui en fait une culture intéressante offrant des récoltes régulières allant de mai jusqu’à septembre, voir octobre selon les régions et climats. Pour bien récolter …

  • Coupez les branches à ras du sol selon vos besoins tout en laissant tout de même quelques branches et feuilles pour permettre à la plante de repartir et de produire de nouvelles pousses.
  • En fin de saison, vous pouvez couper toutes les branches à ras du sol pour une dernière récolte, mais rassurez-vous votre rhubarbe repartira sans problème au printemps suivant.

Au niveau de la conservation : Généralement et à mon avis, ce légume est bien meilleur fraichement coupé ! Cependant, sachez qu’il est tout à fait possible de couper en dé votre rhubarbe et de la congeler. Une personne de ma famille le fait très régulièrement et ça le fait ! Sinon, pensez à la confiture, tarte et autres préparation culinaire pour utiliser votre rhubarbe et varier les plaisirs en cuisine …

 

Fabriquer un purin à base de feuilles de rhubarbe

Comme indiqué en introduction, les feuilles de rhubarbe qui NE sont PAS consommable mais, peuvent être utilisées en purin pour vous aider à lutter contre les pucerons ou la teigne du poireau.

La recette pas à pas :

  1. Prenez 1 kilos de feuilles fraichement coupés pour 10 litres d’eau de pluie (vous pouvez placer les feuilles dans un filet ce qui vous permettra de le récupérer plus facilement lors du filtrage de la préparation)
  2. Laissez macérer pendant une quinzaine de jour en mélangeant chaque jour avec un bâton (vous pourrez constatez la présence d’une sorte de mousse qui bulle)
  3. Une fois ce délai passé, les bulles ont normalement disparu, ce qui indique que votre purin de rhubarbe est prêt
  4. Reste à filtrer et à stocker votre purin dans des bidons hermétiques à l’abri de la lumière et de la chaleur afin de l’utiliser en fonction de vos besoins.
  5. A savoir que cette préparation peut être conservée pendant plusieurs semaines si les bonnes conditions de stockage sont réunit

 

Comment utiliser le purin de rhubarbe ?

Le purin peut être dilué à hauteur de 20 % bien que certains jardiniers l’utilise pure sur les plantes. Ce qui implique un plus fort taux de concentration et donc de nocivité. Car, n’oublions pas que même s’il s’agit de préparation maison et naturelle, l’impact n’est pas anodin étant donné que cela détruit les insectes. De ce fait, n’en abusez pas et essayez plutôt d’axer votre lutte biologique en attirant les insectes auxiliaires et prédateurs naturelles, en diversifiant vos végétaux au maximum etc … A savoir que cette pulvérisation peut être renouvelé régulièrement toutes les semaines environ.

 

Une variante au purin : La macération de feuilles de rhubarbe

La macération est moins longue à préparer que le purin et tout aussi efficace même si l’extrait est moins puissant et concentré. Pour cela, faites bouillir 100 grammes de feuilles de rhubarbe dans un litre d’eau de pluie (de préférence) pendant une vingtaine de minutes. Laissez refroidir avant de filtrer et de pulvériser cette préparation sur vos plants atteints ou en prévention.

 

Conclusion : Les maladies de la rhubarbe et comment multiplier les pieds

A ma connaissance et personnellement, la seule maladie qui a déjà touchée mes pieds de rhubarbe est la rouille (qui est une maladie lié aux développement d’un champignon) qui se développe surtout par temps de pluie (et en Bretagne, on est au top sur ce point !) ou alors lors d’arrosage mal ciblé, c’est à dire sur les feuilles au lieu d’arroser au pied de la plante. Vous avez peut être d’autres potentiels problèmes à jouter ? N’hésitez pas à en parler dans les commentaires …

Pour ce qui est de la multiplication de la rhubarbe : Bien sûr, cela peut se faire par semis mais, ce n’est pas la meilleure méthode ! Je préfère largement pratiquer la division de souche tous les 4 ans en moyenne, ce qui permet de multiplier rapidement les plants. Si le coeur vous en dit, je vous invite à laisser un commentaire juste en dessous pour compléter cet article de blog mais aussi pour partager votre expérience avec la rhubarbe ! … Au plaisir de vous lire, on se retrouve rapidement pour un nouveau sujet !