Voici un légume racine qui a été longtemps oublié ! De nos jours, le panais est revenu dans nos assiettes et au potager en permaculture. Ce légume ancien ressemble à une carotte blanche et appartient à la famille des Apiacées. Dans la plupart des régions, le panais (Pastinaca sativa) est cultivé de manière annuelle. Au delà de son côté comestible et de sa richesse en vitamines B9, fibres et minéraux, la culture du panais au jardin attire et favorise de nombreuses espèces d’insectes auxiliaires dont les coccinelles (grandes prédatrices de pucerons). Il sera donc intéressant d’associer cette culture à celles sensibles aux pucerons. Voyons donc en détail comment réussir à cultiver du panais dans votre potager

 

Cultiver du panais au potager

Comme toujours avec les légumes racines, les panais pousseront beaucoup mieux dans des sols léger, profonds et sans obstacles qui pourraient gêner la croissance des racines et donc réduire la récolte. En bref, si vous cultivez sur une terre argileuse, je vous suggère d’oublier cette culture … Egalement, le panais réclame un sol frais, riche et fertile avec une bonne exposition. Bien que sous le climat Méditerranéen, il sera préférable de faire pousser vos panais à la mi-ombre pour conserver une certaine fraicheur avec des arrosages plus régulier. Toujours dans le choix de l’emplacement …

Les associations avec le panais : Ce légume s’associe assez bien au potager avec une culture de poireau, de tomate ou encore de radis. Cependant, dans votre calendrier de culture, il peut être intéressant de combiner votre semis de panais à côté des salsifis sur une même parcelle car, les temps de croissance de ces deux cultures sont quasiment identiques. Ce qui peut vous permettre de faire suivre juste derrière d’autres cultures juste après la récolte de ses deux plantes potagères.

 

Quand semer des panais ?

Il est possible de semer ce légume racine entre le mois de mars et la fin mai au potager. Cependant, n’oubliez pas que plus vous sèmerez tard, et plus vous récolterez tard. De ce fait, lorsque vous planifiez vos semis et plantations, l’important est de s’intéresser aux temps d’occupation de vos plantes (entre le moment du semis et celui des dernières récoltes) afin d’être en mesure de faire suivre d’autres cultures et ainsi d’optimiser votre espace cultivable. C’est pourquoi, à mon sens, il est préférable de lancer les semis de panais en mai afin de libérer l’espace maximum en septembre (mois au cours duquel, beaucoup de semis sont encore possibles).

 

Comment semer ?

  • Tout d’abord, il vous faudra aérer le sol avec une grelinette de manière à faciliter le développement de la racine et ratissez pour obtenir une surface “propre”
  • A partir de là, creusez des sillons que vous espacerez d’une petite quarantaine de centimètre, profond d’environ 1 centimètre.
  • Répartissez vos graines de panais dans les sillons de manière homogène tous les 5 centimètres
  • Recouvrez de terre, tassez et arrosez pour activer la germination. La levée des panais peut durer 15 jours – 3 semaines selon la période où vous avez semé.
  • Reste à conserver une bonne fraicheur au niveau du sol via des arrosages réguliers mais sans excès tout au long de la levée et au delà …

 

Les soins à apporter jusqu’à la récolte

Entretien du panais : Une fois sortie de terre, il vous faudra juste éclaircir afin de ne conserver qu’un plant de panais tous les 15 – 20 centimètres. Au delà de ça, pensez à conserver une régularité dans vos arrosages et à apporter un paillage pour préserver la fraicheur de votre terre, et ainsi offrir à vos panais les bonnes conditions de développement en terme d’humidité.

Récolter des panais au potager : Au bout de 4 à 5 mois après le semis, les panais sont alors prêt à être récoltés. Pour la récolte, vous avez plusieurs possibilités, soit tout récolter d’un coup afin de libérer votre espace cultivable à d’autres plantes comestibles ou alors récolter au fur et à mesure de vos besoins. Les panais peuvent effectivement parfaitement rester à leur emplacement tout l’hiver car, ils sont très résistants au froid et aux gelées.

Conserver les panais : Comme je l’écrivais juste avant, vous pouvez parfaitement les laisser en terre durant l’hiver et récolter au fur et à mesure de vos besoins, ce qui représente une technique de conservation à part entière … Cependant, vous pouvez également les conserver en silo, dans du sable ou alors quelques semaines dans le frigo. Il est également possible de les congeler après les avoir fait blanchir ou alors de faire des conserves que vous pourrez ouvrir en fonction de vos besoins.

 

Récupérer des graines de panais

Il est possible de récupérer des semences de panais afin de les conserver pour reproduire vos variétés. Pour cela, il faudra laisser quelques racines de panais en terre pendant deux années avant que ce phénomène naturel de montée en graine ne se produise. Dès lors, et généralement en début d’automne, vous pourrez couper les tiges (les ombelles) afin d’en récupérer les graines qu’il faudra faire sécher afin de stocker pendant une durée maximum de 2 ans car, au delà, le pouvoir germinatif diminue fortement.

 

Quelques conseils de culture supplémentaires …

Quelles variétés de panais choisir ? Sur ce point, on peut distinguer trois grandes espèces de panais dont :

  • Les panais rond qui regroupe des variétés plus précoces tels que le panais “Rond hâtif”
  • Les panais demi-long produisant des racines d’environ 25 cm (Par exemple “Le demi-long de Guernesey”)
  • Les panais à racine longue qui peuvent atteindre plus de 35 centimètres.

Les maladies et ravageurs touchant le panais : A ma connaissance, les plus susceptibles de toucher les panais restent l’oïdium ou encore le mildiou qui peuvent nuire à la récolte (Je vous invite à consulter les articles correspondants pour y trouver quelques solutions intéressantes à mettre en place dans vos moyens de lutte biologique). Au niveau des indésirables, je n’ai personnellement jamais été confronté à des nuisibles pour cette culture mais beaucoup de jardiniers parlent d’attaques de mouches, il me semble que c’est la même que celle qui vient pondre sur les carottes. Pour palier ce problème et selon l’ampleur des dégâts bien sûr, un filet anti-insecte lors des périodes pontes peut aider à réduire la population et à cela, j’ajouterai de combiner les cultures entre elles, en jouant sur les étages de végétations, les odeurs etc … de manière à brouiller les pistes olfactives de ces ravageurs.

 

Je vous invite à laisser un petit commentaire juste en dessous afin de partager votre expérience et conseils avec ce légume racine …