Lutter contre la noctuelle au jardin

La noctuelle est un lépidoptère (papillon) de la famille des Noctuidae. Il en existe une multitude d’espèces et c’est sous forme de chenille qu’elle est un ravageur redoutable au potager. Noctuelles terricoles, ou vers gris, noctuelles défoliatrices ou encore noctuelles mineuses, ces chenilles peuvent en effet causer d’importants dégâts et sont très difficiles à déloger. Il existe plusieurs “sortes” de noctuelles.

Si vous pensez y être confronté, je vous propose d’en découvrir davantage sur ces ravageurs voraces.

Identifier la noctuelle

Il existe environ 25 000 espèces de noctuelles dans le monde, dont près de 750 en France métropolitaine.

Si leurs couleurs et leur apparence diffèrent en fonction des espèces, elles ont en commun d’être d’assez grande taille (4 à 5 cm), et de posséder des ailes aux couleurs sobres, du brun au beige en passant par le gris et le noir.

Les chenilles sont, quant à elles, dodues, grises, vertes ou encore brun clair et peuvent mesurer de 3 à 5 cm au dernier stade de leur développement.

Les ravages de la noctuelle au potager

Les chenilles de noctuelle agissent principalement la nuit, tôt le matin ou quand la nuit tombe, dès les premières fraicheurs du soir.

La journée, elle se cache au pied des plantes, dans la couche superficielle du sol ou au cœur de certains végétaux, comme la noctuelle du chou.

Les attaques commencent au printemps, voire au début de l’été pour certaines espèces. Plusieurs vagues peuvent ensuite être observées, car plusieurs générations de noctuelles se succèdent jusqu’à l’automne.

Si certaines espèces ne s’attaquent principalement qu’à une plante en particulier – la pomme de terre, la tomate, le chou, l’artichaut… – d’autres sont polyphages et de nombreux végétaux peuvent être leur cible : carottes, salades, betteraves, fraises, vigne mais aussi abricotiers par exemple.

Les trois grands groupes de noctuelles

Les noctuelles défoliatrices

Ces chenilles se nourrissent de feuilles, parfois de fleurs et de fruits : ces derniers sont alors rongés et creusés de galeries à l’intérieur. Les feuilles sont comme perforées, et parsemées de déjections. On retrouve dans cette catégorie la noctuelle de la tomate (Helicoverpa armigera) qui est en fait polyphage et s’attaque au maïs, haricots, melons, courgettes… Citons également la noctuelle du chou (Mamestra brassicae), qui en plus de causer des dégâts importants sur ces derniers, s’attaque également aux fraisiers, poivrons, tomates, laitues, betteraves…

Les noctuelles terricoles, ou vers gris

Elles vivent sur et dans le sol, et causent des dégâts importants en grignotant le collet des végétaux, les racines ou encore les jeunes tiges, ce qui finit par causer le flétrissement et la mort de la plante. Les plus fréquemment rencontrées sont la noctuelle ipsilon (Agrotis ipsilon) et la noctuelle des moissons (Agrotis segetum).

Les noctuelles mineuses

Ces chenilles creusent des galeries dans les tiges et les pétioles. C’est le cas de la noctuelle mineuse de l’artichaut (Gortyna xanthenes), qui agit beaucoup plus tôt en saison (de décembre à février). Le stade de la chrysalide se déroule alors dans les galeries creusées. Il s’agit du ravageur le plus important de l’artichaut dans le bassin méditerranéen.

Comment se débarrasser des noctuelles naturellement ?

Prévention

Il est très difficile de se débarrasser de ces chenilles voraces, c’est pourquoi la prévention est très importante.

  • Diversifier votre jardin au maximum, pour attirer et accueillir les prédateurs des noctuelles : merles, corneilles mais aussi carabes et taupes se délectent de ces grosses chenilles, tandis que les chauves-souris chassent les papillons adultes. N’hésitez pas à installer des haies diversifiées, qui abriteront et nourriront ces auxiliaires précieux et augmenteront la résilience de votre écosystème.
  • Pulvérisez une décoction de tanaisie, de sureau ou une infusion d’absinthe ; en agissant comme répulsif, elles éloignent les papillons femelles qui cherchent à déposer leur œufs.
  • Utilisez un piège à phéromones dans les fruitiers, qui limiteront les pontes en emprisonnant les mâles.
  • Vous pouvez avoir recours à une protection biologique préventive grâce à un micro-organisme : Bacillus thuringiensis. Accepté par le cahier des charges AB (Agriculture Biologique), il se trouve en jardinerie et agit sur les toutes jeunes larves. 

Traitement contre la noctuelle

Si vous constatez des attaques, vous pouvez tenter de pulvériser une décoction de pyrèthre.

Mais la méthode la plus efficace consiste à les ramasser à la main. Par chance, leur taille les rend facilement repérables. Les noctuelles terricoles s’enroulent sur elles-mêmes lorsqu’elles sont dérangées. Fouillez donc le sol dans un rayon de 20 cm autour des plantes et sur une profondeur de 1 à 2 cm. Si vous avez des poules, elles se feront une joie de vous en débarrasser !

Vous l’aurez compris, les chenilles de noctuelles sont de véritables ravageurs qui peuvent causer de gros dégâts au potager. La prévention reste le meilleur moyen de vous en prémunir ! Y avez-vous déjà fait face ? N’hésitez pas à partager vos expériences en commentaires !