Bonjour à vous 🙂 Comme vous le savez vos plantes potagères ont besoins pour bien grandir et vous offrir de beaux fruits et légumes sains, de différents éléments nutritifs qu’elles trouvent dans le sol. Parmi les principaux éléments, il y a l’azote (N), le phosphore (P) et le potassium (K). Il y a aussi d’autres éléments plus secondaires tels que le calcium, le fer, le souffre etc …. + une bonne trentaine d’oligo-éléments.

Comprendre les cycles naturels va vous permettre de les favoriser et donc d’éviter des potentielles carences sur vos plantes …

 

A quoi sert l’azote pour vos plantes

Cet élément permet la production de protéines, de vitamines, d’enzymes mais il s’agit également de l’un des éléments indispensable à la production de chlorophylle qui permet la production de la photosynthèse. L’azote est également responsable de la croissance du feuillage et de sa belle couleur verte au final. Son assimilation est un cycle très complexe mais à la fois très passionnant. Si vous pensez être confronté à une carence en azote, je vous invite à lire cet article récent sur le sujet 😉

 

Comprendre le cycle de l’azote

L’azote constitue environ 80 % de la composition de l’air qui nous entoure et qui se trouve sous la forme de diazote (N2). Les plantes ne vont pas l’assimiler dans l’atmosphère mais dans le sol sous la forme d’ions d’ammonium (NH4+) ou encore de nitrates (NO3-). De ce fait, il faut une sorte de transformation du diazote qui peut se faire de différentes manières …

  1. Via l’intervention de certaines bactéries (par exemple les Azotobacters) vivant dans le sol qui vont avoir la capacité de fixer l’azote de l’air, puis de le transformer grâce à l’action des enzymes qu’elles contiennent.
  2. Certaines bactéries sont également dans la capacité d’entrer en symbiose avec les racines des plantes, c’est le cas des légumineuses qui capte l’azote de l’air afin de le restituer (transformé) dans le sol par la suite.

Concernant les légumineuses, vous pouvez faire un petit test chez vous en arrachant par exemple un plant de haricot, vous pourrez observer des nodules au niveau du système racinaire. Des échanges (de bons procédés) se font entre la plante et ses nodules. La plante fournit des sucres par le biais de la sève élaborée et en échange ces nodules fournissent à la plante des acides aminés favorisant la bonne croissance de cette dernière. Tout le monde y trouve son compte au final 😀

Au delà de ce cycle naturel, une fois l’azote assimilé sous sa forme minérale par la plante. Cette dernière va l’utiliser pour fabriquer des protéines qu’elle utilisera pour sa croissance, la production de ses fruits etc … Cependant, et c’est la magie de la nature à laquelle, nous sommes complétement dépendant au final car, les plantes, les fruits font partie de notre alimentation mais aussi, de celles de différentes espèces animales. Les déjections de ces animaux ou encore lorsque ces derniers meurent dans la nature, il va y avoir un processus de dégradation complexe qui va retransformer l’azote et bien d’autres éléments contenu dans ces matières organiques en minéraux assimilable par les plantes. C’est un cycle dans lequel, encore une fois chaque individu à n’importe quelle échelle joue un rôle important.

Pour aller plus loin sur le cycle de l’azote : Selon le sol, son oxygénation, ses propriétés chimiques et physiques. Certaines bactéries  peuvent retransformer les nitrates en diazote tout en le restituant dans l’air. Les nitrates ont également la particularité d’être très facilement lessivable, c’est tout simplement l’action de la pluie qui va nettoyer les minéraux, les éliminer si vous préférez … Nous pourrions également parler de l’érosion et des conséquences. De la pollution aux nitrates etc … Mais … ne nous égarons pas !

 

Comment favoriser et préserver ce cycle de l’azote au potager

Dans un premier temps, c’est de comprendre au moins les grandes lignes à mon sens de ces processus pour mieux les favoriser. Dans le jardin-potager, les choses sont légèrement différentes également car, il y a tout de même peu d’animaux (lapin etc …) qui viennent mourir en surface du potager ou encore y faire leurs besoins. De plus, selon le seuil de tolérance propre à chaque jardiniers, on n’accepte rarement de partager avec un gourmand qui vient se servir dans le potager. Cela fait plutôt râler la grande majorité des jardiniers 🙂 De ce fait, il faut en tant qu’homme intégrer ce cycle en suivant quelques pratiques simples à mettre en place et tellement logique …

Voici comment favoriser ce cycle de l’azote au potager …

  1. Réaliser des apports de matières organiques variés et régulier
  2. Ne pas travailler le sol à la bêche, au motoculture qui perturbe l’ensemble de la faune vivant dans le sol et qui participe à la transformation de la matière en minéraux. Il est préférable d’utiliser une grelinette si vous décidez de travailler le sol.
  3. Couvrir la terre de paillage mais attention sur ce point, je vous suggère la lecture de mon article sur la faim d’azote
  4. Cultiver des engrais verts mais aussi des légumineuses à différents endroit du potager

 

J’espère que ce résumé vous aura intéressé. Bien entendu, je ne suis ni chimiste, ni spécialiste de tout ceci, simplement un amateur qui essaie de comprendre alors n’hésitez pas à compléter cet article avec vos connaissances, expériences et observations, nous apprenons ainsi tous ensemble 😉

​Envie d'en savoir plus sur votre sol ?

​Découvrez les 3 erreurs à éviter et comment améliorer votre terre pour que vos légumes poussent mieux ...