Cultiver l’ail des ours : nos conseils

Cultiver l’ail des ours : nos conseils

L’ail des ours (Allium ursinum), appelé aussi ail des bois ou ail sauvage, est une bulbeuse vivace de la famille des Alliacées (ou Liliacées), qui pousse naturellement dans les bois d’Europe. Son nom viendrait du fait que les ours s’en régalent à leur sortie d’hibernation après l’hiver pour se purger.

Ornementale, aromatique et médicinale, cette plante sauvage a également toute sa place au potager ! Suivez nos conseils pour cultiver l’ail des ours facilement.

L'ail des ours

Caractéristiques de l’ail des ours

La plante est entièrement comestible : feuilles, fleurs et même bulbilles, bien que ces derniers présentent un moindre intérêt. L’ail des ours n’est en feuilles que durant quelques mois, entre février et juin. Il disparaît ensuite pour reparaître l’année suivante.
Rustiques jusqu’à – 20 °C, les bulbes restent en terre sans craindre l’hiver. Le feuillage ressemble à s’y méprendre à celui du muguet. Mais l’odeur aillée qui le caractérise quand on le casse ne laisse pas la place au doute !
En avril, une hampe florale d’environ 20 cm apparaît, portant de ravissantes petites fleurs blanches étoilées regroupées en ombelles.

Emplacement et conditions de culture

À l’état sauvage, l’ail des ours est une plante de sous-bois. Afin qu’elle s’épanouisse dans votre jardin, choisissez-lui donc un emplacement ombragé à semi ombragé, sous un arbre ou au pied d’un mur peu exposé, par exemple. Elle aime les sols frais, riches et humifères.

Si besoin, n’hésitez pas à faire un apport de compost avant la plantation.

À quelles plantes associer l’ail des ours ?

Cette vivace constitue un excellent couvre-sol de février à juin, avant de disparaître en surface. Vous pouvez donc l’utiliser en polyculture avec une autre plante qui occupera davantage l’espace à partir de mai/juin. Au potager, son odeur aillée protège ses voisines des nuisibles. Installez donc à proximité betteraves, carottes, concombres, épinards, panais…

Attention cependant : comme toutes les alliacées, l’ail des ours doit être éloigné des cultures de la famille des légumineuses, tels que les pois ou les haricots.

Vous pouvez le planter au pied des noisetiers, dont il est une parfaite plante compagne car il éloigne le balanin, un ravageur qui dévore les noisettes en ne laissant qu’un petit trou comme trace de son passage.

Cultiver l’ail des ours : semis et plantation

Semis

Le semis n’est pas la méthode la plus simple pour installer l’ail des ours chez vous, mais elle n’est pas impossible. Le mieux est certainement de semer les graines durant l’été. Elles germeront alors l’hiver suivant – elles ont en effet besoin d’une période de froid pour cela. Semez les graines à environ 2 cm de profondeur.

Vous pouvez également faire vos semis en pépinière jusqu’en mars ; repiquez alors les plants lorsqu’ils ont 4 feuilles, en prenant soin de laisser environ 15 cm entre chaque plant.

Plantation

Vous trouverez des plants en godets en jardinerie ou en pépinière que vous pourrez installer au printemps ou à l’automne. Les bulbes, quant à eux, sont à planter à l’automne, entre septembre et novembre, à 6/8 cm de profondeur.

Entretien, récolte et multiplication

Soins

L’ail des ours est une plante résistante aux maladies et ravageurs habituels des alliacées.

Elle peut se révéler toutefois vulnérable à la mouche mineuse du poireau. En cas d’attaque, seul un voile anti-insecte pourra l’en protéger.

N’hésitez pas à installer un bon paillage pour maintenir l’humidité du sol. Renouvelez l’opération en automne avec des feuilles afin d’accroître la teneur de la terre en humus.

Quand et comment récolter l’ail des ours ?

Bien récolter son ail des bois

La récolte se fait principalement de mi-mars à juin, en fonction des besoins. Les feuilles s’utilisent fraîches, en salade (privilégiez les jeunes pousses), ou ajoutées à la dernière minute en fin de cuisson, afin de ne pas perdre leur saveur aillée et vous faire bénéficier de tous leurs nutriments.

Les fleurs décorent joliment les salades.

Pour conserver les feuilles, vous pouvez opter pour la congélation, ou la transformation en pesto : délicieux !

Multiplication

La multiplication se fait par semis, ou par division. Sur place, la plante se ressème et les sujets s’étendent d’eux-mêmes d’année en année. Attention donc à l’emplacement choisi, car l’ail des ours peut vite devenir envahissant !

Les bienfaits de l’ail des ours au potager

Utiliser également l'ail des ours pour ses vertus médicinales

En plus d’être délicieux en cuisine, l’ail des ours possède aussi des vertus diurétiques et dépuratives : idéal pour éliminer les toxines après l’hiver !

Riche en vitamines B et surtout C, ainsi qu’en divers minéraux dont le fer et le magnésium, son usage médicinal ne s’arrête pas là, puisqu’elle est également tonique, stimulante, vermifuge et antiseptique. Une alliée précieuse dans votre pharmacopée naturelle !

Vous l’avez compris, cultiver l’ail des ours se révèle assez simple : demandant peu d’entretien après son installation, il ne vous reste plus qu’à profiter de ses bienfaits d’année en année, à l’instar des légumes perpétuels ! Et vous, en possédez vous dans votre potager ? Quel emplacement lui avez-vous consacré ? Partagez vos expériences en commentaires !

Planter de l’ail au potager : conseils de culture

cultiver de l'ail au potager

L’ail (Allium Sativum) est un légume bulbe de la famille des Liliacées. Cette plante vivace est assez simple de culture et au delà de son utilisation comme condiment en cuisine, l’ail cultivé ou commun possèdent des propriétés médicinales antiseptique et stimulante pour l’organisme. Riche en diverses vitamines et antibiotiques naturels, il est également très utile au jardin en permaculture et peut être utilisé pour la fabrication de décoction à base d’ail qui possède des vertus fongicides et insecticides que je détaillerai un peu plus loin. Cette culture est très ancienne et consommée partout dans le monde sous différents climats. Peu exigeant au niveau du sol et dans ses besoins en eau, c’est vraiment une plante à faire pousser dans votre potager. Pour finir cette petite introduction, l’ail possède deux formes de pluriels. On peut écrire ails ou aulx selon le contexte (ails pour le côté botanique et aulx pour la cuisine). Voyons maintenant comment cultiver de l’ail au potager, le choix des variétés, quand et comment récolter / conserver vos têtes d’ails, avec quelles plantes l’associer etc …

(suite…)
Quoi semer et planter au mois de juillet au potager naturel

Quoi semer et planter au mois de juillet au potager naturel

Comme beaucoup de jardinier et si vous êtes aujourd’hui sur cette page, c’est très probablement parce que vous vous demandez que semer et que planter en ce mois de juillet. Comme chaque mois, je vous propose la liste complète (à partager) des semis et plantations possibles. Cependant, au delà de cette liste, je vous suggère d’intégrer ceci à un calendrier de culture que vous pouvez également combiner à un plan de jardin, saison par saison. Ce qui permet d’obtenir un potager organiser, correctement planifier avec des récoltes échelonnées …

(suite…)

Identifier et lutter naturellement contre l’oïdium

oïdium sur les plantes du potager

L’oïdium est probablement l’une des maladies les plus répandues et les plus facilement reconnaissables au jardin-potager. En effet, quels jardiniers n’y a pas déjà été confronté ? Présente sous la forme de tâches poudreuses (à l’aspect farineux) de couleur blanche ou grise, elle apparaît sur les feuilles et sur les tiges des plantes, bloquant la production de photosynthèse et pouvant nuire, dans le cadre du potager biologique à la production et récolte. Il existe différents types d’oïdium ou devrais-je dire champignons responsables de l’oïdium selon la plante en question. Concrètement, celui qui se développe sur votre vigne (Erysiphe necator) ne sera pas le même que celui qui touche vos solanacées (Leveillula taurica) ou encore vos rosiers (Podosphaera pannosa). En bref, chaque plante à son champignon ! Cependant, les moyens préventifs et curatifs restent les mêmes quelque soit le végétal atteint … Alors voyons en détail qu’est-ce que l’oïdium ? Comment l’identifier ? Comment se développe-t-il ? Mais surtout quels sont les gestes préventifs à adopter ainsi que les moyens de luttes naturels ?

(suite…)

Les parties comestibles des plantes : classification des légumes

Les parties comestibles des plantes et classification des légumes

Je vous propose aujourd’hui une liste classées selon les parties comestibles des plantes. Cette classification des végétaux peut être utile si vous pratiquez la rotation des cultures dans votre potager biologique ou bien si vous suivez un calendrier lunaire. Bien que personnellement, je pense que la pratique de l’assolement est réservée à la monoculture car, dans nos potagers amateurs, nous axons généralement sur les associations et la diversité des végétaux, ce qui rend impossible (ou c’est un véritable casse-tête) de pratiquer une bonne rotation avec les effets bénéfiques que cela peut apporter. Concernant le jardinage avec la lune, je vois plutôt cela comme un moyen d’organiser et de planifier vos semis et plantations au jardin. Cependant, cette liste peut être inspirante afin de semer / planter les bonnes plantes selon votre type de sol. Par exemple, les légumes racines auront plus de mal à se développer dans un sol argileux qui est souvent compact et lourd, freinant le développement de ce type de végétaux. Tandis que les légumes fruits (tomates etc …) apprécieront ce type de plante. En bref, le jardinage repose également sur vos conditions de cultures propres à votre environnement de jardinier …

(suite…)