La rue officinale (Ruta graveolens) est un sous-arbrisseau vivace de la famille des Rutacées pouvant atteindre 1 mètre de hauteur. Il s’agit également d’une plante comestible mais attention sur ce point, son goût est très prononcés … Sa forte odeur est également très utile et naturellement répulsif envers certains insectes dont les pucerons. Il sera donc intéressant de placer ou devrais-je dire, d’associer cette culture avec les plantes sensibles que je citerai un peu plus loin dans cet article de blog … Très simple à cultiver, la rue officinale est aussi connu sous le nom de rue des jardins ou encore rue fétide. Voyons comment cultiver cette plante perpétuelle dans votre jardin en permaculture, la récolter et l’associer …

 

Comment semer et planter de la rue officinale ?

Le semis peut être fait entre le mois de mars et avril en pépinière pour une plantation en juin à l’emplacement final. Cependant, si vous achetez des godets en jardinerie, vous pouvez également envisager de les planter en octobre. Cette période de l’année étant propice à ce type de végétaux qui vont ainsi profiter de la saison hivernale pour bien s’ancrer dans le sol et s’adapter à leur environnement. Idéalement, je vous suggère de planter la rue officinale à un emplacement bien ensoleillé, dans une terre correctement aéré, ce qui facilitera son développement. De part sa hauteur, il est possible de la combiner à d’autres plantes (fleurs etc …) dans le but de créer un massif.

 

Avec quelles plantes l’associer ?

Avant de parler d’association avec la rue. Je pense intéressant de s’intéresser dans un premier temps aux propriétés répulsives de cette plante. En effet, son odeur puissante et prononcée peut être une façon de brouiller les pistes olfactives de certains insectes “ravageurs”. Cependant, la rue officinale possède un effet répulsif envers les pucerons et les chats qui se tiennent souvent éloigner. A partir de ces observations, les associations sont à mon sens toutes trouvées … Non seulement, on peut la planter à proximité de toutes plantes sensibles aux insectes piqueurs-suceurs mais aussi aux abords du potager afin d’éloigner les félins de certaines zones du potager.

 

Les plantes à associer selon moi à la rue des jardins (n’hésitez pas à compléter cette liste via un commentaire) …

  • Les rosiers
  • Les fèves
  • Les arbres fruitiers
  • Les capucines avec la rue en arrière plan
  • A proximité des choux
  • La sauge et autres aromatiques

 

Les soins et entretiens jusqu’à la récolte

La rue des jardins en demande que très peu d’entretien. Cela se limite a quelques arrosages et encore, elle résiste assez bien à la sécheresse je trouve … Vous pouvez apporter du paillis pour limiter la pousse des adventices et ensuite, le seul véritable entretien est de tailler sur une petite dizaine de centimètre les branches, ce qui permettra à la plante de produire de nouvelles pousses et de la rafraichir, lui faire une petite coupe d’été comme on dit … Au niveau de la récolte, je vous suggère de faire attention car, les feuilles peuvent provoquer des réactions allergiques sur la peau. De ce fait, pensez à protéger vos mains.

 

3 méthodes pour multiplier les pieds de rue fétide

En tant que jardinier, vous devez probablement vous demander comment conserver vos variétés de rue … Cela passe obligatoirement par la multiplication du pied mère. Pour cela et en ce qui concerne la rue des jardins, vous avez trois possibilités avec la multiplication par semis en récupérant les graines produites en septembre après la floraison. La seconde solution consiste à faire des boutures ou alors à faire une division de souche au début du printemps.

 

Une autre utilisation de la rue officinale

En guise de conclusion, j’aimerai partager avec vous une autre utilisation de la rue officinale qui peut vous permettre de lutter contre les limaces mais aussi de manière plus ponctuelle contre les pucerons. Concrètement, il est possible de faire une macération de feuilles de rue en prenant environ 80 grammes de la plante pour 1 litre d’eau et de faire des pulvérisation régulière. Attention toutefois avec cette approche car, elle détruit effectivement un indésirable mais ce dernier est une potentielle source de nourriture pour d’autres insectes ou peut parfois remplir des fonctions écologiques essentielles dans un milieu donné. Ce que je vous invite à faire maintenant, c’est à partager cet article autour de vous mais aussi à me laisser un petit commentaire juste en dessous, si toutefois vous avez des améliorations et partage d’expérience à apporter sur cette plante condimentaire

 

​Vous débutez ? ​Découvrez quoi SEMER et PLANTER chaque mois ...

close

​Téléchargez vous aussi le livret contenant TOUS les semis et plantations mois par mois