L’angélique officinale (Angelica archangelica) est une superbe plante de la famille des Ombellifères. Nous sommes ici sur une aromatique vraiment intéressante d’un point de vue historique car, depuis le moyen-âge, on lui attribue des vertus médicinales presque magique pour lutter contre diverses maux. Aujourd’hui, elle est principalement cultivé dans la région Nouvelle-Aquitaine, plus particulièrement dans les Deux-Sèvres (Niort) où on utilise l’intégralité de la plante, des feuilles aux racines pour concevoir différents mets. Au delà de ces propriétés stimulantes pour l’organisme et facilitant la digestion. L’angélique trouve bien sa place dans un jardin en permaculture. En effet, sa grande taille pouvant atteindre près de deux mètres de hauteur favorise la venue de plusieurs espèces de pollinisateurs, d’insectes et ses graines peuvent nourrir bon nombres d’oiseaux. Voyons comment en faire pousser dans votre jardin

 

Conditions de culture de l’angélique

Dans un premier temps et comme toujours, il faut les bonnes conditions au niveau du sol pour faciliter le développement de cette grande aromatique. Idéalement, il lui faudra une terre légère, conservant une bonne humidité mais aussi très humifère, voir avec un ph acide. Personnellement, je suggère de choisir un emplacement mi-ombragé par rapport aux conditions citées dans la phrase précédente mais, il est possible de faire pousser de l’angélique au soleil si vous jardinez dans une région au climat doux et humide. Au niveau des associations, il est tout à fait possible de la placer aux abords du potager, dans un massif de fleurs en arrière plan (de part sa hauteur).

 

Semis et plantation

L’une des grandes difficultés que vous pourriez rencontrer avec cette plante se situe au niveau du semis. Et plus particulièrement dans le pouvoir germinatif des semences qui est très court. En bref, n’espérez pas conserver les graines sur plusieurs années … Il est d’ailleurs préférable de les récupérer en vue de faire un semis direct, sans attendre. Cependant, sachez que pour une première, vous pouvez opter pour la plantation d’un plant que vous devriez trouver assez facilement soit dans une pépinière ou encore (parfois) dans une jardinerie.

 

Quand et comment semer l’angélique au jardin ?

La période de semis idéale pour l’angélique se situe entre le mois de juillet et le mois de septembre. Comme je l’indiquais juste avant, cette période favorable tombe exactement au moment où la plante produit ses graines. Ce qui permet de réaliser le semis directement sans passer par la case conservation et ce qui peut augmenter vos chances de réussite par la suite. Vous pouvez ensuite semer en pépinière. Il faudra veiller à ce que le support reste humide tout au long de la germination et au delà. Egalement, lors de votre semis, il est préférable de ne pas trop recouvrir les semences (seulement d’une fine couche).

 

 

Quand planter l’angélique ?

La plantation se fait plutôt au printemps. Une fois l’emplacement définit que je vous suggère de bien choisir car, la plante restera en place quelques années, il vous suffira d’aérer le sol et bien entendu de creuser le trou de plantation assez large. La terre récupérée pourra être mélangée à du compost bien mûr ou du fumier. Une fois la plante angélique en place, ajouter la terre précédemment récupérée et mélangée tout autour. Tassez bien autour de la motte de manière à faciliter l’ancrage de la plante. Puis arrosez copieusement.

 

Liste des soins à apporter à l’angélique

L’une des premières choses à penser régulièrement, c’est l’arrosage ! Il faut que le sol reste humide (d’où mon choix de préférer un emplacement à la mi-ombre) qui permet de conserver une certaine fraicheur de la terre. Pour favoriser également cela, il est souhaitable de mettre en place un paillage que vous pourrez compléter au fur et à mesure. Ensuite, le reste des entretiens sont assez simples et consiste à supprimer les feuilles mortes et fanes dans le courant du mois d’octobre. Il est aussi possible de pratiquer cette action au début du printemps (en mars). Généralement, le plante peut rester en place 2 à 3 années de suite (si l’emplacement lui convient bien sûr).

 

Récolte et conservation

Les récoltes des jeunes feuilles débutent dès la première année au fur et à mesure des besoins. Bien qu’il soit possible de les congeler, elles sont bien meilleures fraichement cueillit et cuisinées. Si la plante se plait bien, vous devriez pouvoir récolter pendant 2 à 3 ans jusqu’à la montée en graine qui annonce le déclin de la plante. Les graines peuvent d’ailleurs être également consommé. Il faudra simplement les faire sécher avant de les conserver dans des contenants hermétiques dans une pièce non humide. Cependant, elles peuvent également être resemées … Les tiges sont également comestibles mais sur ce point, je vous suggère plutôt de les récolter les plus jeunes tiges qui sont bien meilleures gustativement. Pour finir, les racines peuvent visiblement être récoltées mais pour ma part, je n’ai jamais encore essayer. N’hésitez pas à partager votre expérience via un commentaire sur ce point !

 

Pour conclure : Parlons des ravageurs touchant l’angélique

Même si l’angélique est parfaitement adaptée à nos environnements, elle reste sensibles à certains ravageurs dont les pucerons et à une certaine espèces de punaises (il me semble qu’il s’agit de l’espèce arlequin). D’un point de vue général, je vous recommande de toujours essayer d’utiliser la lutte biologique dans votre jardin-potager. Cependant, il existe aussi des moyens d’agir sur ces deux nuisibles avec des pulvérisations de savons noirs jusqu’à diminution des populations.

 

Il me semble avoir fait le tour de cette plante … Dites moi dans les commentaires si vous en avez déjà fait poussé chez vous mais aussi, n’hésitez pas à compléter cet article avec vos connaissances et partages d’expériences.