Bonjour à toutes et à tous. Aujourd’hui je vous propose le résumé d’un stage que j’ai effectué il y a quelques jours auprès de l’association Nature 18. Au cours de ce stage en plein air, et dans une ambiance conviviale, le formateur nous a appris pleins de choses sur le jardinage écologique. Ce qui permet de compléter les connaissances mais aussi de partager autour des bonnes pratiques pour cultiver un potager et récolter de bons fruits et légumes sains, sans produits chimiques.

 

Etape 1 du stage : Reconnaitre son sol

Pendant cette petite formation d’environ 4 heures nous avons appris à reconnaitre la composition de notre sol c’est à dire de savoir si notre terre est fertile, argileuse ou sableuse … ainsi que d’apprendre à améliorer la terre pour un potager durable et productif. Pour savoir si une terre est « bonne » elle doit être sombre et on doit pouvoir faire un petit boudin avec …

boudin de terre

Si l’on arrive a en faire un anneau alors cela veut dire que la terre est très argileuse. Les terres argileuses ont parfois mauvaises réputation mais elles possèdent plusieurs avantages tels que de bien retenir l’eau. Une terre idéale même si cela n’existe pas vraiment, doit être à la fois argileuse et limoneuse (on reconnaît la présence de limon en frottant la terre entre ses doigts et l’on sent une petite poudre légèrement collante).

Ensuite, nous avons parlé des techniques et méthodes permettant d’améliorer et de fertiliser le sol. Cela passe par plusieurs bonnes pratiques tels que la création d’un compost, sur ce point il est possible de pratiquer le compostage de surface permettant d’activer le processus de dégradation directement sur l’emplacement du potager biologique. Cela a pour avantage de fabriquer l’humus directement sur place. On peut aussi utiliser les engrais verts sous la forme de mélange.

 

Etape 2 : Les herbes folles souvent qualifiées de mauvaises

Dans le jardinage biologique, la permaculture etc … les mauvaises herbes jouent également un rôle essentiels. Voici un article plus complet sur le sujet dans lequel, je présente les 4 avantages des mauvaises herbes au potager. D’ailleurs, on qualifie souvent ces herbes sauvages de mauvaises alors qu’elles peuvent (pour certaines) être consommé, offrant ainsi des récoltes supplémentaires et apporte énormément au jardin-potager dans son ensemble mais, je vous invite à lire l’article présenté juste avant pour aller plus loin sur ce sujet.

 

Etape 3 : Les petites bêtes du jardin

C’est l’un des points que j’ai préféré dans ce stage car, je suis toujours impressionné de voir autant d’espèces différentes au centimètre carré dans un sol, même si j’ai bien conscience de la vie biologique qui travaillent sous nos pieds, qui forment une parfaite chaine de recyclage permettant de transformer les matières organiques en minéraux assimilable par les plantes. Ce que j’ai surtout retenu, c’est que plus la végétation est présente dans un milieu et plus la vie souterraine s’active dans le sol, tout autour des racines. Le formateur a donc creusé un peu dans la terre présentant un grand nombre d’herbe sauvage et il a aspiré les insectes avec un aspirateur a insecte afin que nous puissions les observer séparément.

Ainsi, nous avons pu discuter des différentes fonctions écologiques remplit par ces différents insectes. Certains étant spécialisés dans la dégradation de la matière, d’autres, dans la transformation, l’aération du sol, le transport des minéraux etc … Autant de petite bête qu’il est important de préserver afin d’accroitre la fertilité de votre sol.

 

Etape 4 : La conclusion

Pour finir ce stage très intéressant, nous avons parlé lecture avec les livres qui pouvaient être utiles tels que celui-ci sur le mildiou des tomates. Et vous avez-vous déjà suivi une formation ou un stage sur le jardinage écologique ?

​Vous débutez ? ​Découvrez quoi SEMER et PLANTER chaque mois ...

close

​Téléchargez vous aussi le livret contenant TOUS les semis et plantations mois par mois