clé usb pour potager

dlicieuse-rcoltes-de-fruits-et-lgumes1.jpgAvant d’entrer dans le vif du sujet, je pense qu’il est important de diviser cet article en deux parties dans lesquelles je vous propose d’aborder non seulement l’autonomie du potager en répondant à cette grande question (qui vous a probablement déjà traversé l’esprit) : est-il possible de produire des légumes toute l’année afin de vivre en parfaite autonomie ? Attention, nous ne parlerons ici que de production légumières et fruitières ! La seconde partie sera plus axée sur le jardinier par rapport à son jardin : nous verrons s’il est possible (ou pas) de rendre son potager indépendant de nos interventions et des avantages de la « non-action ».

Sortir du système

Pour savoir s’il est possible de produire assez de légumes pour se passer des grandes surfaces, il va être important de prendre en compte les saisons et ce qui va pouvoir être produit par la nature en fonction de la période. L’idée d’un jardinier bio est de respecter ces cycles naturels et d’accepter de consommer des produits de saisons (cela va de soi) et non d’espérer des fraises en plein hiver !

Cependant, une serre peut vous permettre d’agrandir votre saison et d’obtenir davantage de fruits et légumes sur une plus longue période. Attention ! L’usage d’une serre demandera quelques attentions de votre part et particulièrement sur la gestion des 3 paramètres.

J’ai lu dernièrement le livre de Patrick Whitefield « Créer un jardin-forêt » ! Au delà de la création de ce jardin-forêt, l’auteur nous explique et nous prouve qu’il est également possible de produire suffisamment de fruits et légumes, grâce à une conception intelligente et bien pensée de l’intégralité de son jardin. Au delà de cela, l’auteur nous explique qu’il peut être avantageux de combiner une partie jardin-forêt + un coin potager pour une production toute l’année car …

La production des jardins-forêts peut offrir des récoltes du printemps jusqu’au moment où les légumes d’été prennent le relais. Ensuite, ce sera le tour des légumes d’hiver et l’idée ici est de réussir à obtenir des récoltes jusqu’au début du printemps suivant : la boucle est alors bouclée ! Cependant, il faut être honnête, il faut de la place et une certaine expérience.

TunnelA cela, j’ai tout de même envie d’ajouter les légumes primeurs qui (je pense) méritent leur place bien qu’ici encore, l’usage de serres ou de tunnels est impératif. Cependant, un autre point important que j’aimerai ajouter et souligner dans votre quête de l’auto-suffissance, c’est que cela prends du temps dans la mise en place, comme on dit : « Rome ne s’est pas faite en un jour ». Sans oublier l’expérience qu’il est bon d’acquérir et qui se fait au fur et à mesure des années et de la pratique.

Il est possible de produire suffisamment de fruits et légumes comme nous le prouve de nombreux projets d’auto-suffisance en France. Le jardin de la pâture es chêne est un excellent exemple de la combinaison jardin-forêt et potager.

Le potager indépendant de votre intervention

Sur ce point je pense que dans un premier temps, cela dépends avant tout de votre façon de voir votre potager et du temps que vous avez à lui accorder. Cependant, il est possible de limiter vos interventions et comme vous allez le voir à la fin de cet article, cela peut également avoir de bonnes conséquences de ne pas agir dans certains cas !

La gestion de l’eau

Sur ce point, tout peut être automatisable à condition de faire quelques investissements. En effet, après avoir mis en place un système de récupération d’eau de pluie qu’il sera préférable de surélever par rapport à votre potager afin d’éviter l’achat d’une pompe supplémentaire qui va propulser l’eau vers le potager. Un programmateur semble être une évidence car il peut vous permettre de programmer l’intégralité de vos arrosages et idéalement, il peut être intéressant de combiner ce système avec une sonde qui va prendre en compte l’humidité de votre sol et rendre votre système d’arrosage automatique encore plus performant et capable de s’adapter en fonction du temps …

Sans cette sonde, j’aurai envie de dire que ce système est risqué puisqu’il se peut que les apports en eau soit bien supérieurs au réel besoin de vos légumes et de votre potager. Sans oublier que j’ai déjà vu des cas où les maladies se développaient suite à un arrosage mal réglé et trop important.

Ensuite, la perle des perles dans la gestion de l’eau du potager bio reste le goutte à goutte mais là encore l’investissement peut être assez important selon la taille de votre potager. Néanmoins une question me vient à l’esprit ou devrais-je dire une simple réflexion dans la quête d’un potager autonome.

Ou est le plaisir d’avoir un potager si c’est pour automatiser tout ce qui nous en rapproche ? Je crois que dans nos jardins-potagers amateurs, ces systèmes doivent être utilisés avec parcimonie afin de garder ce plaisir du jardinier du dimanche et lorsqu’on y pense : n’est-ce pas agréable de faire quelques aller-retours, arrosoir à la main les soirs d’été.

potager bio

Tailler vos plantes

Ce sujet est très souvent controversé et mérite bien que je l’aborde au sein de cet article. Car je suppose que vous avez déjà entendu dire des choses comme : «  il faut retirer les gourmands des pieds de tomates chaque semaine » … Alors OUI ! Effectivement, vous pouvez le faire cependant, vous pourriez également adopter l’approche inverse par manque de temps, parce que vous avez d’autres chats à fouetter ou tout simplement parce que vous avez décidé de vous orienter vers une approche sans prise de tête.

tomate en grappe

Quels sont les avantages de la taille (et ses inconvénients) ?

D’un point de vue théorique, la taille de certains végétaux permets d’accroitre leur production mais comment cela se passe-t-il exactement ? Les plantes non taillées vont pousser bien tranquillement sans aucun stress venant du jardinier, elles vont produire leurs fruits petit à petit, au rythme de la nature. Le fait de tailler une plante va faire entrer cette dernière dans un état de stress, au cours duquel elle va « se dire », je préfère mettre des guillemets car je n’ai encore jamais entendu de plante parler !

panier-de-légumes-2-300x224Trêve de plaisanterie ! Elle va se dire qu’elle est en train de mourir. De ce fait, son instinct naturel va être d’assurer sa reproduction, en produisant de plus gros fruits et ceci plus rapidement. Et comment une plante à fruit se reproduit-elle ? En effet, par le biais des graines que ces fruits contiennent.

Bien que la taille possède cet avantage (en théorie) de produire de plus gros fruits, plus rapidement … il faut également savoir que ces cicatrices que vous créez peuvent également être la porte d’entrée à certaines maladies. J’ai pris l’habitude d’adopter une taille plus que raisonnable envers mes tomates depuis que les étés sont plus que pourr… euh, mauvais !

Pour résumer, la non taille va permettre à la plante de prendre son temps, de suivre le cycle de la nature en offrant des fruits peut être un peu plus petits et moins rapidement. A l’inverse, si vous taillez vos plantes, les fruits seront normalement plus gros, prêt plus rapidement via cet état de stress expliqué plus haut.

Récolte au jardin bioCela dépends donc de votre façon de voir les choses ; personnellement, j’aime autant laisser faire la nature, plutôt que de la forcer à m’offrir ces récoltes quitte à avoir une production moindre.

En guise de conclusion, je voulais aborder les avantages de ne pas trop agir au sein de votre potager, de le laisser se débrouiller seul, de vous rendre compte que, dans certains cas, votre présence peut être néfaste. Dans un potager bio, il faut tout faire (ou plutôt laisser faire) pour que votre environnement trouve son propre équilibre. Bien entendu, ceci ne se fait pas en une seule saison potagère !

Cependant, plus vous agissez dans votre environnement, par exemple lors d’attaques de nuisibles et plus vous retardez la mise en place de cet équilibre entre les espèces. Je suppose que vous entendez ce genre de phrase dans votre pratique potagère : « il faut laisser s’installer la biodiversité au potager » ou alors «  il faut attirer les auxiliaires au potager ».

Alors oui, ces phrases sont fondées et importantes dans un potager bio. Cependant, il ne faut pas oublier que pour qu’il y ait des auxiliaires au potager il faut des nuisibles et si vous vous occupez vous-même des nuisibles, les auxiliaires n’ont rien à faire dans votre jardin.

coccinelle auxiliaire du jardin

Pour rendre cette idée plus concrète : si vous n’avez pas à subir d’attaques de pucerons, il est contre-productif de vouloir attirer les coccinelles et il y a de fortes chances qu’elles ne viennent pas s’installer chez vous si elles n’ont pas de sources de nourriture, vous me suivez ? De même si vous intervenez dès lors que vous constatez la présence de pucerons dans votre jardin. Que ce soit à laide d’un produit « miracle» même bio ou d’une recette trouvée sur internet, dans les livres …

Dans ce cas, pourquoi les coccinelles viendraient-elles s’installer chez vous ? Vous l’aurez compris, il est important de garder à l’esprit qu’un auxiliaire (tel qu’il soit) ne viendra s’installer chez vous que si, et uniquement si, il a de quoi se loger et se nourrir. D’où l’importance de tolérer la présence de nuisibles (même si cela peut être rageant parfois pour vos récoltes le temps que cet équilibre se construise).

Le jardinier bio joue un rôle important dans son jardin, il doit y être attentif et aux petits soins. Cependant, je crois que nous nous devons de trouver NOTRE place au sein de notre propre éco-système, au sein de notre environnement qu’est notre jardin. C’est un peu comme dans une chambre d’hôte, la personne qui vous accueille vous laisse tranquille et vivre votre vie ! Et si vous faisiez pareil dans votre potager ? Si vous le laissiez tranquille en limitant vos interventions ?

Votre potager peut se gérer en partie seul et cela peut lui être très profitable, ne croyez pas que sans vous la nature ne saurais survivre, c’est justement à cause de nous qu’elle se retrouve déséquilibré, qu’il y a des espèces menacées, qu’elle est polluée … Alors adoptons les bons gestes dans nos jardins !

“Cet article participe à l’évènement inter-blogueur “Un potager autonome” organisé par le blog de Madorre, mon potager biologique. Pour découvrir ce qu’ont écrit les autres blogueurs, cliquez sur ce lien : Voir la liste des articles des autres participants. »

N'oubliez pas !

Votre sous-titre ici.