clé usb pour potager

Framboise au potager bioComme vous le savez probablement si vous suivez le blog et l’évolution de mon potager, je viens d’emménager dans un nouveau jardin dans lequel (surprise !) je vais implanter un potager … Cependant, comme dans chaque projet jardin et dans chaque environnement, il y a toujours des points positifs et des points négatifs liés aux éléments déjà en place dans l’ensemble du jardin (arbres, haies, potager existant, murs …). Dans le cas présent, je me retrouve avec un jardin dans lequel, il y a déjà de multiples végétaux. Généralement, on recommande d’implanter le potager en l’adaptant à ce qui est déjà en place mais est-ce vraiment toujours la meilleur solution ? C’est ce que je vous propose de voir aujourd’hui avec cette expérience personnelle …

Les étapes pour créer un potager

 


Comme je l’ai expliqué dans l’article publié précédemment sur les 3 étapes pour démarrer un potager, il est essentiel de passer par une phase d’observation afin de …

  • Recenser les différents éléments déjà implanté dans le jardin en prenant en compte leurs avantages et inconvénients
  • Déterminer les vents dominants, l’ensoleillement
  • Sélectionner une méthode de jardinage adapté à l’ensemble de votre environnement
  • Choisir le bon emplacement pour le futur potager

Cependant, dans certains cas, la conception du jardin de base n’aura pas forcément été conçu pour l’implantation d’un potager … De ce fait, on peut se poser la question : Faut-il (ou non) modifier son environnement pour un simple potager ? Ou bien doit-on complètement s’adapter à ce qui est déjà en place ? Quitte à faire un plus petit potager ou encore à être limité dans les possibilités d’agrandissant futur ?

Dans les différents projets potagers que j’ai créé, j’ai toujours fait en sorte de ne pas toucher à l’environnement déjà présent mais plutôt d’adapter les cultures, les méthodes. De plus, cela permet aussi d’implanter des nouvelles cultures et autres végétaux petit à petit, chaque année ce qui a également l’avantage de ne pas perturber l’équilibre naturel déjà présent dans votre jardin.

olivier au potagerEn effet, dès lors que vous souhaitez créer un potager, vous allez modifier votre environnement lors de la préparation de la terre, vous allez également par la suite planter plusieurs végétaux qui, pour la plupart, viennent d’autres contrées et donc, au final, vous risquez lors de vos premières années de jardin et suite à ce bouleversement que vous avez produit de voir apparaitre des ravageurs, des maladies … sur vos nouvelles plantations et vous savez quoi ? C’est tout à fait normal ! C’est tout simplement la réponse de la nature pour essayer de contrôler l’intrusion de ces nouvelles plantes dans le but de rétablir l’équilibre qui était présent avant que vous n’arriviez avec votre projet (complètement fou) de potager.

Au cours des premières années, il sera donc essentiel d’aider la nature à se ré-équilibrer et à accepter l’implantation de votre potager. Vous me suivez ? Bien entendu, j’aurai l’occasion d’aborder ces concepts à mettre en place au fils du temps dans de prochains articles et au fur à mesure de l’évolution de mon nouveau projet potager.

En partant de cette idée qu’à partir du moment où vous souhaitez implanter un potager, vous allez bouleverser l’équilibre, n’est-il pas judicieux de réaliser plusieurs modifications dans votre environnement dès le début de votre projet ? Cela permet de déséquilibrer une bonne fois pour toutes et de rétablir un nouvel équilibre une bonne fois pour toute également, vous ne pensez pas ?

Voir son potager dans le temps

 

Personnellement, aujourd’hui dans mon jardin, je me retrouve un peu dans une impasse car, il m’est possible de mettre en place un petit potager, voir d’en faire plusieurs à différents endroits en tirant parties des différentes choses déjà en place en essayant de bouleverser le moins possible l’environnement mais, je crois qu’il est important avant de faire quoi que ce soit de bien définir vos objectifs de jardiniers en commençant par imaginer votre potager en deux temps …

  1. Le premier temps : Lors de sa création et de sa première année.
  2. Le second temps : Dix ans plus tard avec l’évolution, la croissance des arbres, arbustes … déjà présent et l’évolution de votre projet initial.

Vous êtes peut être en train de vous dire … Effectivement, dans une dizaine d’année, mon potager ne sera plus pareil et ce pour de multiples raisons car ce dernier évolue avec son propriétaire qui gagne chaque année en expérience lui-aussi. De mon côté, j’aimerai me rapprocher de l’autonomie en m’orientant toujours vers un potager expérimentale comme j’ai toujours fait jusqu’ici avec des buttes auto-fertiles, un potager traditionnel en pleine terre, des carrés surélevé, de la culture en pot, suspendu … mais je souhaite également m’orienter vers une conception jardin-forêt en implantant des arbres fruitiers et autres végétaux liés à ce sous-projet. De ce fait, il devient essentiels de faire plusieurs modifications maintenant par rapport à mon propre projet.

Ces modifications sont les suivantes, pour commencer, voici une photo du jardin actuel (là où sera implanté le potager).

jardin et futur potager

arbres fruitiersVoici maintenant le plan aérien (sans les arbres qui seront retiré) avec le début du projet potager de l’année prochaine. Ensuite, plusieurs parties du jardin vont également changé et évoluer mais, je me garde quelques idées d’articles sous le coude … premier jet d'un plan de potager

Ceci n’est qu’un premier jet du futur potager et de son emplacement avec comme principal objectif de savoir ce que je vais concrètement modifier au niveau des arbres … Si vous souhaitez en savoir plus sur la conception d’un plan de jardin, je vous invite à cliquer ici.

Comme vous pouvez le constater, je vais couper des arbres par rapport à l’ensoleillement mais aussi pour en replanter à d’autres endroits par la suite (toujours ce projet de jardin-forêt en tête) afin de repenser complètement le jardin et donc, l’implantation du potager. J’ai finalement décidé de couper les arbres où sera placé la serre (que je vais peut être construire moi-même) et vous savez pourquoi ? Car tout au long de l’été et au delà, ces arbres  sont envahis par des frelons en tout genre, des frelons asiatiques, des frelons communs mais aussi diverses insectes volants au point que lors de certaines journées, il y avait plus d”une centaine de bêtes là-dedans.

Au début, j’ai même pensé qu’il y avait un nid mais rien ! Ils viennent tout simplement chercher les pucerons qui ont élus domicile dans ces arbres. D’un côté, cela est la preuve qu’une sorte d’équilibre est déjà installé dans ce jardin car naturellement les prédateurs naturels viennent contrôler l’invasion des pucerons et je dois avouer que cela m’embête un peu de couper des arbres en général pour les nombreux avantages qu’ils présentent car c’est l’abris et parfois la source de nourriture pour certains insectes qui sont utiles, voir très utiles pour le jardinier mais de l’autre côté, il m’est parfois impossible d’approcher tellement sa bzz … bzz …

Je sais également qu’en modifiant cet ensemble, je vais probablement bouleverser l’équilibre naturel de mon jardin mais quitte à retirer, transformer et donc reconstruire un nouvel équilibre … autant pas faire les choses à moitié ! De plus, cela me permettra d’avoir quelques difficultés supplémentaires au cours des premières années lorsque je serai envahis par des ravageurs tels que les pucerons, les limaces … et cela me permettra d’écrire des articles intéressant sur le sujet !

Faut-il modifier l’environnement existant ou s’adapter pour implanter le potager ?

 

Donc par rapport à la question initial Faut-il modifier son environnement pour implanter un potager ? Dans la logique des choses et dans l’éthique d’un jardinier bio, il est préférable de s’adapter au maximum à votre environnement et aux éléments déjà présent (il suffit parfois de faire preuve d’imagination) mais si dans votre projet, ces éléments déjà présent peuvent à terme être un frein dans l’évolution de votre potager et de vos objectifs. Personnellement, je pense qu’il n’est pas contre-intuitif de réaliser les modifications dès le départ.

Ensuite, il y a plusieurs cas possible

Tomates jardin1/ Vous avez un jardin sans rien, tout est à faire

Je trouve que c’est le projet idéal ! Vous allez pouvoir implanter votre potager et le faire évoluer au fils de ans en adaptant l’environnement en fonction des besoins de votre potager. Par exemple, au cours de l’année A, vous constatez qu’ votre potager souffre de vents provenant de tels direction, il pourra alors être judicieux de penser à une méthode à votre goût pour palier ce problème, cela peut être une haie “classique”, une haie comestible, une barrière coupe-vent avec des végétaux grimpants … Vous allez pouvoir créer votre jardin-potager de A à Z en fonction de vos aspirations.

2/ Vous avez un jardin avec quelques arbres et tout vous semble bien pensé

Prenez le temps de l’observation afin de placer votre potager au bon endroit en prenant en compte le côté stratégique avec l’accès à l’eau, au compost … Soyez également imaginatif et créatif dans ce type de jardin, si vous avez quelques arbres (fruitier c’est le top), pourquoi pas faire grimper des mûres et placer au pieds des légumes perpétuels.

3/ Si votre jardin n’est pas pensé à la base pour l’implantation d’un potager

Dans ce cas, il peut être intéressant de prévoir les modifications dès le départ afin de vous retrouver dans le cas numéro 2 (tout comme moi) en en gardant que les éléments qui peuvent s’associer avec votre projet d’implanter un potager.

J’espère que cet article vous aura plu, n’hésitez pas à vous inscrire à la lettre d’information du blog pour recevoir des conseils et astuces supplémentaires mais aussi pour suivre l’évolution de ce projet potager

N'oubliez pas !

Votre sous-titre ici.