Playlist sur les semis d’intérieur : De la méthode au repiquage

Les semis d'intérieur du choix de la méthode au repiquage

A travers cette playlist composée de 6 vidéos que vous pouvez également retrouver sur youtube, Vous trouverez des conseils et astuces pour la réalisation de vos semis d’intérieur. A savoir que j’explique tout ceci de manière détaillé au sein du lot spécial semis. Du choix du matériel à la réalisation d’un repiquage intermédiaire, tout est dans ces quelques vidéos …

(suite…)

Explication sur le stade 4 feuilles et/ou 2 feuilles « vraies »

2 feuilles vraies

Si vous débutez dans le jardinage et plus particulièrement dans la réalisation de vos propres semis d’intérieur (tomates, aubergines …), vous êtes peut être déjà tombé sur ces deux termes : “stade 4 feuilles” ou “2 feuilles vraies” ! Si vous ne savez pas de quoi il s’agit, que vous vous demandez où se trouvent les “fausses” des “vraies” feuilles … Je vous donne les explications de ces deux termes à travers cette nouvelle vidéo.

(suite…)

Comment faire un repiquage intermédiaire avec une simple cuillère

repiquage intermédiaire

Le repiquage intermédiaire consiste à transplanter la jeune plante issus de vos semis dans un contenant plus grand. Afin qu’elle puisse finir sa croissance jusqu’au moment de la plantation. Selon la méthode de semis choisie, il est possible d’éviter cette étape ! Pour cela, il suffit de choisir LA bonne méthode dès le départ. A travers la vidéo d’aujourd’hui, je vous montre comment je fais mes repiquages facilement avec une simple cuillère.

(suite…)

Retour sur les systèmes d’alvéoles pour vos semis

A travers cette nouvelle vidéo, je vous explique pourquoi j’utilise (après de nombreux tests) les systèmes d’alvéoles pour réaliser mes semis d’intérieur. J’ai souvent eu l’occasion de parler des différentes méthodes à votre disposition comme les bouteilles coupées en deux, les terrines, les fabrications maisons … et comme je le disais, l’important est de trouver celle avec laquelle vous êtes le/la plus à l’aise. Voici ma méthode personnelle …

Transcription texte de la vidéo

Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo, c’est Yannick Hirel du blog Au potager bio ! Aujourd’hui, je vais vous faire un retour ou plutôt vous vanter les mérites des systèmes d’alvéoles pour la réalisation de vos semis d’intérieur (tomates, aubergines …). Avant d’aller plus loin, vous pouvez télécharger mon guide pdf intitulé “Le secret d’un potager bio réussi” simplement en cliquant sur la photo ci-dessous.

Pour revenir à la vidéo, après avoir testé plusieurs méthodes pour faire mes semis : les bouteilles, les terrines … que j’ai présenté lors d’une précédente vidéo. Et pour être franc, parmi toutes ces méthodes testés ce sont les alvéoles que j’apprécie particulièrement et ceci pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, vous allez pouvoir faire une économie de graines car vous ne serez pas “obligé” de les semer en poquet.

Si vous débarquez dans le milieu du jardinage, le semis en poquet consiste à placer plusieurs graines (généralement 3-4 graines) dans un même contenant afin d’augmenter vos chances de germination.

Semis en alvéolesL’inconvénient de cette méthode et c’est généralement ce qu’il se passe, toutes les graines germent et il vous faut alors sélectionner la plante qui vous semble la plus résistante et la plus robuste (la plus belle en clair) afin d’éliminer les autres. C’est tout de même dommage de gaspiller !

L’avantage des alvéoles c’est que ce sont des petits contenants mais qui vous permettent de semer une graine par alvéole, par contenant. Le second avantage se trouve au moment du repiquage intermédiaire. C’est à dire au moment de transplanter votre jeune plante dans un godet plus grand afin qu’elle puisse finir sa croissance jusqu’au moment de la plantation.

Cette opération devient très très simple avec ce systèmes d’alvéoles car, une simple cuillère à café permet de prendre l’intégralité de la petite motte de terreau facilement (+ la jeune plante) qu’il suffit ensuite de placer au fond du godet avant de rajouter du terreau dans ce dernier.

repiquage facile

Je vais donc réaliser devant vous un semis de tomates dans ces systèmes d’alvéoles, particulièrement pour ceux et celles qui débutent complètement et qui ne savent pas trop comment s’y prendre.

Faire un semis pas à pas

Etape 1 : Remplissez de terreau votre contenant

Etape 2 : Prenez un stylo afin de “creuser” un léger trou dans chacune des alvéoles, il sera important de ne pas non plus les faire trop profond.

Etape 3 : Placez vos graines une à une dans chaque contenant au fond des trous préalablement fait.

Etape 4 : Recouvrez avec le terreau en surface sans trop tasser non plus afin que la graine soit légèrement enterrée.

Etape 5 : Arrosez afin d’humidifier le terreau (il faut veiller à ce qu’il ne sèche pas) et enfin patientez jusqu’à ce que la jeune plantule pointe le bout de son nez.

Semis de tomatesCes conseils sont donnés de manière beaucoup plus précise au sein du lot spécial semis. La petite astuce et l’utilité des alvéoles est qu’il ne prenne pas beaucoup de place. De ce fait, il est tout à fait possible de semer plusieurs variétés en faisant des semis par ligne (c’est exactement ce que je fais dans la vidéo). Cependant, il est important de bien penser à noter vos variétés lors de cette étape du semis au risque d’oublier très rapidement où se trouve quoi ?

Je vous remercie d’avoir regardé cette vidéo jusque là et j’espère que cette dernière vous sera utile !

Si vous avez aimé cette vidéo, cliquez sur “j’aime” et partagez là et si vous n’avez pas aimé cette vidéo, cliquez simplement sur “je n’aime pas”.

Comparaison entre godets classiques et biodégradables

Aujourd’hui, je vous propose une petite comparaison entre les godets classiques en plastique et les godets biodégradables à base de tourbes, pour la réalisation de vos semis. Vous vous demandez peut être qu’est ce qui est le mieux pour faire vos semis ? Quels sont les avantages et les inconvénients de chacun ? A travers cette nouvelle vidéo, vous allez découvrir mon retour d’expérience personnel dans un but purement comparatif. Je vous invite à tester afin de vous faire votre propre opinion.

Transcription texte de la vidéo

Bonjour et bienvenue ! Ici Yannick Hirel du blog Au potager bio. A travers cette vidéo, nous allons faire la différence, la comparaison entre les godets classiques et les godets biodégradables, je vais vous donner mon envie personnel sur chacun de ces contenants. Avant d’aller plus loin, vous pouvez télécharger mon livret PDF qui va vous permettre de bien débuter votre potager bio. Cliquez sur l’image pour lancer le téléchargement !

Pour revenir au sujet de la vidéo, la dernière fois je me promenais en jardinerie afin de voir les nouveautés … et plus le temps passe, plus j’ai l’impression de voir se développer les godets biodégradables. Pour être franc, j’ai limite eu un peu de mal à trouver des godets plus classiques ! C’est principalement parce que j’avais besoin de renouveler mon stocks de godets en plastiques qui finissent par s’user avec les années que j’ai vraiment été “impressionné” par le rayon consacré à ces godets biodégradables.

Godets biodgradables tourbej’aimerai insister sur un point que je juge assez important car il ne faut pas oublier que ce n’est pas parce que ces godets sont biodégradables qu’ils sont forcément “bio” et meilleur pour la planète.

Il faut savoir que ces godets sont fait à base de tourbes, il s’agit d’une ressource difficilement renouvelable : Voici pour le côté un peu écologique de la chose ! Mais pour être plus pointu sur l’utilisation de ce type de godets, le truc que j’ai à reprocher c’est que si vous faites vos semis d’intérieur dans ce genre de contenant, l’eau que vous apportez (normalement) à vos semis va être absorber par le godet lui-même et ceci au détriment de la plante.

Concrètement, mon constat est que le terreau placé à l’intérieur a tendance à sécher très vite tandis que le godet à base de tourbe va absorber l’eau que vous apportez.

L’avantage de ce type de contenant (il en faut tout de même) est que cela va vous éviter de manipuler le plant lors de la plantation, car il vous suffira de placer votre godet avec la plante directement en pleine terre pour que ce dernier se dégrade tranquillement et soit traversé par les racines de votre plante jusqu’à disparaitre complètement.

godet plastiquePour ce qui est des godets classiques en plastique, nous pouvons nous dire qu’effectivement, ces derniers ne sont également pas très bon pour la planète, mais l’avantage est que vous allez pouvoir les réutiliser chaque année jusqu’à usure. Personnellement, je les lave chaque année avec du vinaigre blanc avant de commencer mes semis de saison.

Le gros avantage (vous l’aurez compris) est que vous n’allez pas être obligé de racheter des godets chaque année.

Gros point fort si la société de consommation n’est pas pour vous Clignement d'œil

Le principal désavantage, si nous pouvons le qualifié de la sorte, est que vous allez devoir manipuler le plant au moment de la plantation, cependant prenez le temps de réfléchir à ceci : Quand vous achetez des plants de tomates, de courgettes … dans une jardinerie, cette étape du repiquage en pleine terre se fait assez facilement, il vous suffit de sortir la plante du godet, de démouler la motte de terreau avec la plante et de la placer à l’emplacement prévue.

Pieds de tomates en godet

Clairement, vous aurez compris ma position par rapport à cela, j’aime autant les godets classiques réutilisable pendant plusieurs années, plutôt que les godets biodégradables que je juge pas forcément adapté à la réalisation de semis et qui oblige (tout de même) à réinvestir chaque année.

Ces conseils concernant les méthodes … sont des choses que je présente au sein du lot spécial semis et je vous invite vraiment à faire la comparaison entre ces deux types de contenant afin de vous faire votre propre opinion sur le sujet.

Si vous avez aimé cette vidéo, cliquez sur « j’aime » et partagez là auprès de tous vos ami(e)s jardiniers et si vous ne l’avez pas aimé, dans ce cas cliquez sur « je n’aime pas » tout simplement !

Choisir votre méthode de semis

Vous êtes peut être dans ce cas … Vous aimeriez faire vos propres semis d’intérieurs (tomates …) mais vous ne savez pas trop comment vous y prendre, vous vous demandez peut être quelle méthode choisir pour réaliser vos premiers semis et surtout s’il y en a une meilleur que les autres. A travers cette nouvelle vidéo, j’aimerai partager avec vous quelques méthodes et suggestions extraites de la formation « Je maîtrise mes semis » pour vous permettre de démarrer du bon pied !

Transcription texte de la vidéo

Bonjour et bienvenue, ici Yannick du blog Au potager bio ! Aujourd’hui, nous allons parler des méthodes de semis d’intérieur. Au moment où je réalise cette vidéo, je suis en train de me préparer à faire mes semis de tomates et je me suis dis que cela serait intéressant (pour ceux et celles qui débutent) de parler des différentes méthodes pour faire vos semis d’intérieurs. A un certain moment dans la vie d’un jardinier, il se peut que vous soyez tenté de faire vos propres semis et c’est tout à fait normal car il n’y a rien de plus captivant que de semer, entretenir, prendre soin et voir grandir vos plantes du semis jusqu’à l’assiette.

Semis de tomatesSi vous chercher des conseils dans les livres ou sur internet, il y a de forte chance pour que vous trouviez des méthodes types.

Par exemple : “Les tomates se sèment en terrine et ont besoin d’un repiquage intermédiaire”.

Cependant, il se peut également que vous ne soyez pas forcément à l’aise avec la méthode “standard”. Personnellement, j’ai beaucoup de mal à faire mes semis en terrine et plus particulièrement lorsqu’il s’agit de faire le repiquage. J’ai du mal à séparer mes plants les uns des autres avec cette méthode alors que J’ADORE cette étape intermédiaire qui est celle du repiquage mais … avec une autre méthode !

A travers cette vidéo, j’aimerai insister sur le fait qu’il existe une multitude de méthodes différentes. Ce n’est pas parce vous avez des informations comme “les tomates se sèment en terrine” qu’il faut absolument adopter cette méthode. Il est important de faire des tests et personnellement, lorsque j’ai commencé à faire mes premiers semis j’ai testé plusieurs méthodes afin de voir avec laquelle j’étais le plus à l’aise et c’est justement le point sur lequel je souhaite insister aujourd’hui …

Il ne faut pas hésiter à tester plusieurs méthodes, techniques à votre disposition pour faire vos semis  et de constater avec laquelle vous êtes le plus à l’aise.

Il faut savoir qu’il y a des méthodes qui vont vous “obliger” à un certain stade de la croissance de vos plantes un repiquage. A l’inverse, il y a d’autres techniques qui peuvent vous éviter d’avoir à manipuler le plant et donc d’éviter d’avoir à exécuter des repiquages intermédiaires.

Pour vous faire une petite synthèse des méthodes que vous pouvez tester dès à présent …

fabrication de terrine pour semisLes terrines : Avec un petit peu d’imagination vous pouvez créer votre propre terrine simplement en découpant dans la longueur une brique de jus de fruit. Cependant, vous pourriez aussi envisager les terrines traditionnelles que vous pourrez également ré-utiliser chaque année.

Les alvéoles : J’apprécie particulièrement ce système car chaque alvéoles reçoit une seule graine. Ce qui permet (dans un premier temps) de faire des économies de graines plutôt que de faire votre semis en poquet.

Le semis en poquet consiste à placer plusieurs graines (généralement 3-4) dans un même contenant afin d’augmenter vos chances de germinations.

Cette méthode va nécessiter un repiquage mais ce qui se fait très facilement ! Concrètement, il vous suffit de prendre l’intégralité de la motte de terreau contenant votre jeune plantule prête à être transplanté dans un godet plus grand avec une simple cuillère à café.

faire-des-semis

Les bouteilles d’eau : Si vous n’aimez pas ou n’arrivez vraiment pas à faire vos repiquages, vous pourriez envisager ce système plutôt efficace et bien pensé ! L’idée est de placer une première quantité de terreau au fond de la bouteille, d’y mettre vos graines puis d’ajouter du terreau petit à petit tout au long de la croissance de la plante et ceci, jusqu’au moment de la plantation.

Comme vous pouvez le voir, il existe plusieurs méthodes et ce que je vous invite à faire maintenant, c’est de tester, tester et tester afin de trouver celle qui vous correspond le mieux !

Ce sont des conseils que je donne de manière beaucoup plus détaillé au sein de la formation spécial semis d’intérieur et d’extérieur mais vous l’aurez compris ! Ce que je vous recommande de faire, si vous débutez vos premiers semis cette année, c’est vraiment de tester ces quelques méthodes et de trouver celle qui sera le plus adapté et en corrélation avec vous-même.

Ainsi que de ne pas hésiter à innover, à faire preuve d’imagination pour créer vos contenants ! Et vous comment faites-vous vos semis ?