Les 6 GROS problèmes du jardinier

Je pense que nous avons tous plus ou moins les mêmes difficultés, les mêmes “problèmes” dans nos jardins-potagers ; je pense que vous risquez de vous retrouver dans cet article, ou devrais-je dire dans cette liste ! Je vous invite à compléter, à réagir directement dans les commentaires tout en bas de la page : C’est toujours un plaisir pour moi de lire vos réactions et suggestions.

1. TOUT ce qui touche aux cultures

Je veux parler bien sur des nuisibles, des maladies qui parfois dévastent partiellement (ou complètement) les récoltes sans même que vous ayez pu y gouter. Mes premières années de jardiniers ont été ponctué par des attaques de limaces, de teigne et de pucerons + parfois des insectes que je n’ai jamais su reconnaitre mais c’est la règle du jeu ! L’équilibre se fait petit à petit !

semis d'intérieur2. Le parcours des erreurs

Pour ce second point, je pense inévitablement aux semis ! Lorsqu’on débute on es confronté à plusieurs problèmes comme les semis qui filent, qui sortent pas sans qu’on comprenne pourquoi. Ou alors les semis que nous commençons trop tôt ou trop tard … Au final, je pense que cela est arrivé à beaucoup de devoir se rendre dans les jardineries en “urgence” pour sauver sa saison par contre avec cette légère amertume d’avoir (encore) loupé les semis de tomates

3. La jungle des méthodes naturelles

Lorsqu’on décide de jardiner bio, au fur et à mesure des années, on prends conscience de l’importance d’enrichir sa terre. (Personnellement, j’ai mis du temps à percuter) Cependant, on se retrouve bien souvent à vouloir utiliser du compost, faire son compost, enrichir sa terre avec du brf, du fumier ou des engrais vert mais lorsqu’on débute (c’est peut être votre cas) vous ne savez pas trop comment utiliser ces méthodes naturelles au mieux afin d’en tirer le meilleur partie. Les réponses les plus difficiles à trouver sont souvent QUAND et COMMENT les utiliser ? Vous pouvez télécharger ce livre qui va vous guider pas à pas !

Compost

4. Le casse tête des associations

C’est vraiment un casse tête ! Je préfère essayer de faire mes associations de manière à ce qu’elle soit un gain de place dans mon jardin plutôt que d’essayer d’associer l’intégralité des récoltes entre elles. Je crois qu’il ne faut pas oublier, et je pense que ce qui va suivre ne se fait pas en une saison au potager mais qu’il est important d’axer sur la diversité des végétaux dans son intégralité. Le problème des associations que nous pouvons trouver reste (pour la plupart) des histoires personnelles et ce qui est vrai dans mon jardin, peut être différents chez vous (par exemple). J’ai donc adopté la démarche des tests pour voir ce qui fonctionne dans mon environnement.

fleurs au potager5. Ou suis-je dans la saison ?

Je suppose que ces phrases vont vous être familière : “Quand dois-je commencer mes semis de … ?” Ou alors “ Qu’est-ce que je peux mettre derrière tel culture ?” … Autant de question qui vous font perdre un temps précieux et des récoltes ! Cela rentre dans le cadre de l’organisation du potager et l’astuce pour pallier ce problème est de PREVOIR votre saison en amont ! En commençant par noter sur papier votre liste d’envie en termes de fruits et légumes. Ensuite, prenez le temps de vous renseigner sur chacun d’eux, sur les bonnes périodes, les conditions de cultures … afin d’aborder vos saisons de manière sereine et organisé.

6. L’impression de gaspiller

Mais de quoi tu veux nous parler Yannick ? Et oui, je voudrai parler d’une frustration connu par beaucoup de jardinier (pas seulement débutant). Est-ce que cela vous ai déjà arrivé d’avoir la sensation de mettre beaucoup d’énergie, de temps et de ne récolter presque RIEN ? Justement par rapport aux différentes difficultés que je viens de citer ci-dessus ? Pour conclure, j’ai juste une seule pensée qui me vient …

Le jardinage est une affaire de patience, cela s’apprends et se perfectionne avec les années. Il est préférable de se réjouir de ces échecs au potager qui vous pousserons à essayer de comprendre ce qui a pu se passer et comment vous pouvez pallier chaque difficulté.

Ce que j’aime dans la pratique potagère c’est qu’il y a toujours quelques choses à apprendre !

Inscrivez-vous pour recevoir mon livret “Le secret d’un potager bio réussi” Clignement d'œil

C’est partie ! L’espace conseil est ouvert

Bonjour à toutes et à tous ! Aujourd’hui est un jour spécial, il est marqué par la réouverture de l’espace conseil. Vous avez été des centaines à suivre cet évènement en ligne, à regarder les vidéos et à participer à travers des commentaires et/ou des mails pour me remercier et m’encourager. Depuis mai 2012 que le blog Au potager bio est ouvert, nous partageons ensemble une formidable passion qu’est celle de cultiver un potager bio.

Si vous souhaitez vous inscrire, c’est par ici …

Rejoignez l’espace conseil sans plus tarder

Ne tardez pas car les inscriptions se terminent Dimanche 21 décembre à 23h59 et ceci pour plusieurs mois.

Pour rappel, l’espace conseil est un site internet entièrement privé dans lequel j’ai mis en place différents services pour vous aider dans votre potager.

Parmi ces services, il y a …

1/ Des conseils de saison en vidéo que je réalise tout au long de la saison et chaque saison (déjà plus de 50 vidéos sont publiés dans l’espace conseil

2/ Des fiches PDF à télécharger que je complète au fur et à mesure que les semaines passent (déjà plus de 35 fiches à savourer.

3/ Un forum animé par Romain (expert en jardinage biologique) que j’ai eu l’honneur et le plaisir d’interviewer dernièrement et d’intégrer dans l’équipe de l’espace conseil

4/ L’espace conseil c’est également des services annexes comme la gestion du profil, une messagerie interne à chaque utilisateur.

5/ Une lettre d’information spéciale et réservée aux uniques membres de l’espace conseil.

6/ Une puissante communauté de jardinier passionné prêt à échanger avec VOUS.

Alors … Qu’attendez-vous pour nous rejoindre dans cet espace conseil ?

Rejoignez l’espace conseil sans plus tarder

L’espace conseil est particulièrement utile aux personnes en quête d’informations, d’astuces et de conseils pour leur potager, ou alors aux internautes voulant développer leurs connaissances dans le domaine du jardinage biologique. Si vous êtes un(e) parfait(e) débutant(e) vous y trouverez des conseils adaptés simples et pratiques afin que vous puissiez partir du bon pied dans votre potager ou devrais-je dire avec la bonne botte !

L’avis de Romain sur l’espace conseil

Bonjour à toutes et à tous ! Vous l’aurez compris, les inscriptions à l’espace conseil débutent très bientôt. De ce fait, je vous propose aujourd’hui de découvrir l’avis de Romain du blog Tous au potager qui est un membre très actif et qui fait désormais partie de l’équipe en gérant une partie des services proposés dans l’espace conseil.

En laissant un commentaire en bas de page, vous recevrez l’intégralité de cet interview format PDF + Le vidéo de présentation de l’espace conseil + Le fichier audio dans votre boite mail Clignement d'œil

espace conseil Yannick Hirel

Cliquez sur le bouton lecture pour écouter le fichier audio ! Vous pouvez également le télécharger en cliquant sur “Download”.

Transcription texte de l’interview

Yannick Hirel : Bonjour et bienvenue dans ce nouveau fichier audio, je suis accompagné de Romain ! Alors bonjour Romain.

Romain Tous au potager : Bonjour à tous !

Yannick Hirel : Pourrais-tu te présenter à nos lecteurs et lectrices ?

Romain Tous au potager : Pas de souci ! Alors je m’appelle Romain, je suis rédacteur sur le blog Tous au potager. Cela fait maintenant 2 ans que je blogue sur mon expérience du jardinage au naturel, j’y parle de mes expériences … et j’attends vos retours.

Yannick Hirel : Ok ! Du coup, cela fait déjà 2 ans que ton blog est ouvert et je suppose que tu reçois beaucoup de questions d’internautes à travers les commentaires, par e-mail …

Romain Tous au potager : Tout à fait ! Je reçois de nombreuses questions qui sont souvent assez redondantes. Généralement, nous avons tous les mêmes questions lorsque nous commençons à jardiner. Du coup, j’écris des articles pour répondre aux attentes de mes lecteurs et lectrices. Et pour aller un peu plus loin sur le sujet aussi.

Yannick Hirel : Tu as surement des articles phares sur ton blog ? C’est à dire qui sont les plus visités si tu en as en tête bien sûr ; de cette manière, cela permettra à nos auditeurs et auditrices d’aller les visiter.

Romain Tous au potager : C’est assez saisonnier, cela dépends vraiment de la période mais j’ai une petite série qui s’appelle “Bien débuter au potager” en 4 articles qui permettent de bien fixer les bases et qui fonctionnent plutôt bien !

Yannick Hirel : Très bien ! Je mettrai le lien vers la série afin de permettre aux internautes de se rendre sur ton blog pour bien commencer. Si cela n’est pas indiscret, quel est ton métier ?

Romain Tous au potager : Il n’y a pas du tout d’indiscrétion, je suis ingénieur au CNRS en écologie du paysage.

Yannick Hirel : Il me semble avoir lu quelque part sur ton blog ou autre que tu pratiques des choses dans ton potager que tu expérimentes dans ton métier aussi.

Romain Tous au potager : Tout à fait ! Car mon métier consiste à voir comment nous pouvons aménager le paysage afin de favoriser la biodiversité. Du coup, j’essaie de reproduire ce que j’observe dans mon métier dans mon potager. Par exemple, nous avons pu voir lors d’une étude toute simple que la présence d’arbre est primordiale pour l’accomplissement du cycle de vie des carabes et cela nous indique que dans un potager, il est important d’avoir quelques arbres.

Yannick Hirel : Ok ! Cela te permets aussi d’avoir un oeil professionnel dans ta pratique du potager personnel. Cela doit être très intéressant !

Romain Tous au potager : Tout à fait et même à l’inverse tous ce que je peux observer dans le potager me donne parfois des idées dans mon métier.

Yannick Hirel : Pour le côté professionnel, c’est sûr ! J’aimerai qu’on aborde également le sujet de l’espace conseil, si tu es d’accord car tu n’es pas n’importe qui dans cet espace, je dirai même qui tu joues un rôle très important.

Présentation de l’espace conseil : il s’agit d’un site internet entièrement privé dans lequel, j’ai mis en place différents services pour aider les internautes à progresser dans leur potager. Parmi ces services, il y a :

– Des conseils de saison en vidéo

– Des fiches pratique téléchargeable

– Une lettre d’information spéciale par mail

– Une messagerie interne et privé

– Un forum

Et pour rebondir avec toi Romain, et bien tu gères complètement le forum de cet espace conseil ! Tu fais donc partie de l’équipe ; pourrais-tu nous expliquer comment tu gères cette partie de l’espace conseil “forum” ?

Le forum de l’espace conseil

Romain Tous au potager : Pas de souci ! Du coup, suite à ta demande de rejoindre l’équipe, j’ai accepté avec un grand plaisir et globalement je me rends dans l’espace conseil chaque jour pour voir s’il y a une nouvelle question qui a été posé … J’essaie donc d’y répondre le plus vite possible. Il arrive parfois que les questions me dépassent un petit peu. Dans ce cas, je fais des recherches complémentaires et avec mes connaissances + mes quelques recherches, j’apporte la réponse la plus pertinente possible et souvent, il y a aussi des discussions passionnante qui s’en dégage avec des rebondissement de la part des autres membres de l’espace conseil, ce qui est vraiment très intéressant !

forum de l'espace conseil

Yannick Hirel : Tout à fait d’accord et ce que j’aimerai ajouter par rapport à toi, c’est que tu es hyper réactif ! C’est d’ailleurs cela qui m’a fait me dire “Il me le faut dans l’équipe !”

Romain Tous au potager : Je te remercie.

Yannick Hirel : C’est vrai que tu es super réactif, tu le fais vraiment vivre et tes réponses sont tout simplement génial ! On voit que tu es professionnel dans ton métier aussi et que tu sais de quoi tu parles. Je pense que les autres membres qui vont probablement écouter cet interviewé seront d’accord avec moi en disant que tu es un élément indispensable au sein de l’espace conseil et …

Romain Tous au potager : Juste pour revenir sur la rapidité, je pense que c’est vraiment indispensable car comme nous avons pu le voir, généralement nous avons des questions concernant des demandes de conseils d’urgences avec par exemple des membres qui font leurs semis qui se mettent à filer … Donc c’est vrai que si nous ne répondons pas dans la journée ou rapidement, il y a de forte chance pour que tous soit perdu.

Yannick Hirel : C’est vrai ! Je suis tout à fait d’accord avec toi et dans la majorité des cas, la section du forum “besoin de conseil en urgence” qui reçoit le plus de sujet … Moi-même il m’est arrivé de poster des sujets par rapport aux difficultés que j’avais auxquelles tu répondais.

Romain Tous au potager : Je ne dis pas avoir tout le temps la bonne réponse mais je transmets ce que j’ai pu observer et qui fonctionne chez moi donc j’espère que c’est également applicable dans les autres jardins.

Yannick Hirel : Tout à fait car dans le jardinage, il y a toujours cette part de conditions de culture … Ce que j’ai voulu faire avec le simili forum de l’espace conseil, c’est de faire une sorte de synergie, de partage de différentes solutions par rapport aux différents problèmes que nous sommes tous potentiellement susceptible de rencontrer en tant que jardinier amateur. Et étant donné qu’il y a pas mal de membres actifs, c’est toujours intéressant d’avoir les différents avis et conseils. C’est aussi cela qui est intéressant mais c’est vrai que toi tu reste un professionnel et tu sais de quoi tu parles.

Romain Tous au potager : Oui, je ne suis pas non plus un professionnel du potager, disons que j’ai juste quelques connaissances de part mon travail.

Yannick Hirel : Sinon, pour continuer un peu sur les autres services de l’espace conseil. De mon côté, je gère toute la partie vidéo, fiches PDF et le reste. J’aurai voulu savoir ce que tu en pensais ; Dans un premier temps, prenons l’exemple des vidéos. Qu’en penses-tu ? Tas pu les consulter, si tu as un petit retour à me faire, des suggestions et améliorations que je pourrai apporter dans mes vidéos …

Déjà plus de 50 vidéos publiées

vidéo de l'espace conseil

Les vidéos de l’espace conseil

Romain Tous au potager : Au niveau des vidéos, j’en ai effectivement consulté un certain nombre, je crois même presque toutes ! Ce que je peux en dire, c’est qu’elles sont vraiment très pédagogique. C’est vraiment le gros point positif. Elles sont destinées essentiellement aux débutants, c’est sûr. Du coup, on apprends très rapidement ce que nous devons savoir et le format vidéo permets aussi d’avoir un visuel des gestes, des pratiques … c’est intéressant d’avoir tout ceci en vidéo ! Sans oublier que le discours est très facilement compréhensible. En gros, il n’y a pas besoin d’avoir 10 ans d’expérience de jardinage pour comprendre et ça c’est parfait !

Yannick Hirel : Oui, c’est vrai ! J’essaie de … Enfin, déjà personnellement, je suis comme ça j’essaie d’utiliser un langage très simple que je comprends déjà moi-même.

Romain Tous au potager : Tout à fait !

Yannick Hirel : Et tu penses qu’il y aurait quelques petites choses à améliorer sur le format vidéo de l’espace conseil ? Pour les prochaines sessions d’ouvertures …

Romain Tous au potager : Sur le format en lui-même, je dirai NON mais peut être plus de diversité de sujet à aborder mais ça c’est le temps que ça se monte.

Yannick Hirel : C’est sûr ! Je retiens et je note ça … Plus de diversité de sujet ! Pour continuer, que penses-tu des fiches PDF à télécharger ? Mise à part les fautes d’orthographes !

Déjà plus de 35 fiches en ligne

fiche pdf pratique de l'espace conseil

Les fiches PDF téléchargeables

Romain Tous au potager : Les fiches ont pour avantages d’être très concise, on ne passe pas 1 heure à lire la fiche pour comprendre ce qu’il y a à comprendre et idem, elles sont très portées application ! Il n’y a pas de blabla sur les théories qui parfois perdent du temps pour pas grand chose. On trouve l’info rapidement et je pense que c’est très important dans ces fiches PDF.

Yannick Hirel : Tout à fait ! Il me semble que c’est Guillaume qui me disait que dès qu’il avait une petite question qu’il se posait, il se rendait dans le glossaire des fiches PDF de l’espace conseil, consultait la fiche et tac, il avait son infos ! C’est ce qu’il m’avait fait comprendre. D’ailleurs j’en profite pour lui passer le bonjour : bonjour Guillaume !

Enfin, c’est facilement consultable, rapide, les fiches font environ 2-3 pages paysages pour faciliter la lecture voir 4 grands maximums.

Romain Tous au potager : C’est ça !

Yannick Hirel : Aurais-tu également des idées de sujets qui pourrait être intéressant à aborder par rapport aux prochaines fiches car, nous avons déjà plus de 35 à l’heure actuelle voir 40 ! Ca commence à faire pareil au niveau des vidéos nous étions à environ 50 de publiées depuis le mois de Mars, c’est plutôt pas mal mais si tu as des idées, je suis preneur !

Romain Tous au potager : Je pense qu’une chose qui serait bien et cela me fait pensé aux sujets qui marche bien sur mon blog, c’est tout les trucs détaillés pour faire tel ou tel semis. Par exemple, pour faire un semis de petit pois ou une plantation de bulbe d’ail. Je verrai bien des fiches là-dessus qui seraient très synthétiques, à vocation d’être imprimé et emportées dans le jardin-potager pour réaliser la plantation ou le semis afin de les faire dans les meilleurs conditions possibles.

Yannick Hirel : Tout à fait ! J’avais justement commencé à faire des fiches un peu légumes et effectivement, il faudrait que je profite de l’hiver pour compléter cette collection de fiches pour tel ou tel plantes, ou tel et tel semis. Je suis bien d’accord avec toi.

Romain Tous au potager : Ensuite, si tu as besoin de photo ou autre, n’hésite pas ! Sur les articles que j’ai pu faire, il s’appelle tous un peu pareil “Quand et comment …” Si tu as besoin d’une série de photo, n’hésite pas à les prendre, elles sont complètement ouverte pour toi !

Yannick Hirel : OK ! Et bien pas de souci, je te remercie ! C’est sympa. Comme vous pouvez le voir, je m’adresse à nos auditeurs et auditrices, avec Romain on a une superbe entente et ce n’est pas la première fois que nous avons l’occasion de travailler ensemble parce qu’au tout début de nos créations de blog, nous avions également lancé un projet sur quoi faire au potager mois par mois. On a déjà travaillé ensemble et ça se voit !

Romain Tous au potager : C’est important car nous avons chacun nos spécificités et même, par exemple pour les photos, on ne pense pas toujours à en prendre, à emmener l’appareil dans le jardin. De ce fait, on peut ensuite s’échanger les photos comme ça !

Yannick Hirel : C’est clair ! Personnellement, j’ai ce gros défaut de ne pas penser à emmener l’appareil au potager, c’est souvent après que je me dis “mince, j’aurai du prendre ça en photo” Bon maintenant, j’essaie aussi de me discipliner, je garnis un peu plus mes articles de photos …

Romain Tous au potager : Je crois que nous sommes tous un peu pareil là-dessus. Parfois on a tellement hâte d’être au potager, qu’on oublie de prendre le matériel.

Yannick Hirel : C’est exactement ça et même pour certains insectes, on a parfois la chance d’en observer et le temps d’aller chercher l’appareil et bien … ils sont déjà parties !

Romain Tous au potager : Oh oui ! Les insectes ne restent pas bien longtemps en générale.

Yannick Hirel : Personnellement, j’ai pas mal de Cétoines mais je n’ai encore jamais réussis à les prendre en photo. Par contre, les larves de cétoines j’ai déjà réussis à les prendre en photo !

Romain Tous au potager : Oui ! Ca bouge moins vite ! Pour moi, c’est un peu pareil avec les chrysopes, ça fait 2 ans que j’en vois dans mon jardin, c’est plutôt un bon signe car, cela faisait longtemps que je n’en avais pas observé mais pareil, je n’arrive pas à les prendre en photo.

Yannick Hirel : C’est toujours la difficulté effectivement ! Et bien écoute, je tiens à te remercier de ton retour sur l’espace conseil, je pense qu’ c’est toujours très intéressant d’avoir des retours, des témoignages … La dernière fois, j’avais lancé un petit sondage pour savoir ce qu’en pensaient les autres membres et d’un point de vue générale, tous le monde semble très satisfait !

Ce qui est assez encourageant pour une prochaine ouverture qui se fera surement courant décembre pour les périodes de noël !

Romain Tous au potager : J’aurai donc du travail en décembre alors !

Yannick Hirel : Voilà ! Du coup, je te l’annonce en même temps, c’est vrai que je ne te l’avais pas encore dit ! Mais je suis en train de préparer pas mal de petite chose et je te tiendrai au courant.

Romain Tous au potager : Ok pas de souci !

Yannick Hirel : Aurais-tu un petit mot à dire à nos lecteurs et lectrices ? Un petit message à faire passé aux autres membres de l’espace conseil et bien vas-y ! Je te laisse le micro !

Le mot de la fin

Romain Tous au potager : Très bien, je te remercie. Ce sera assez rapide, je vous souhaite de rejoindre le plus vite possible l’espace conseil pour que nous puissions se retrouver dessus pour commencer des discussions qui seront très passionnantes et constructives pour nos potagers. Je vous attends donc dans l’espace conseil ! Je vous dis à très bientôt du coup !

Yannick Hirel : Je te remercie Romain d’avoir pris de ton temps pour m’accorder cet interview. Je souhaite une excellente journée à tous nos lecteurs, lectrices ainsi qu’à toi Romain. A très bientôt, comme Romain l’a dit, sur l’espace conseil !


Laissez un commentaire pour recevoir par mail l’intégralité de cet interview format PDF + la vidéo de présentation + Le fichier audio


La conservation des aliments

Bonjour à toutes et à tous ! Aujourd’hui, je voudrai aborder un sujet particulièrement intéressant soit la conservation des aliments. A travers cet article, j’aimerai vous présenter quelques méthodes de conservation.

Pour commencer, je vous propose de nous pencher sur les différentes et principales causes responsables de la dégradation de vos aliments pour ensuite mieux savoir les conserver.

pommes de terreLes légumes racines se tiennent plus facilement que les fruits ou légumes verts

L’altération varie d’un aliment à l’autre car cela dépends avant tout de sa richesse. Par exemple, la viande contient de la protéine contrairement aux fruits et légumes plus riche en glucides. Cependant, les aliments plus sucrés vont se perdre moins vite car les organismes responsables de la détérioration seront moins développés. Ces derniers sont plus facilement favorisés en fonction de ce qu’ils ont à se mettre sous la dent (glucides, lipides …)

Les moisissures

C’est l’une des causes les plus facilement observable. En effet, elles se présentent sous la forme d’une sorte de duvet blanchâtre qui se trouve généralement en surface.

conserveLes moisissures ont la particularité d’affaiblir la résistance des aliments face aux “attaques” d’organismes pouvant être dangereux pour la santé de l’homme ; je veux parler des bactéries. Je reviens sur ces dernières un peu plus loin.

Pour revenir aux moisissures elles se développent que dans certaines conditions. Pour faire simple, nous allons surtout parler de températures. Tout d’abord, elles ne pourront pas être favoriser si vous décidez de conserver vos légumes via la congélation car en dessous de 0°C, elles ne peuvent se propager. De même, lorsque la température atteint plus de 115°C, les conditions ne leurs sont plus favorables et elles ne pourront pas se propager.

Comme toujours, ce sont les conditions qui vont les favoriser ou pas. Il faut savoir qu’à plus de 145°C, les moisissures sont complètement éliminées. Il sera cependant possible de faire précuire vos aliments destinés à la congélation dans une casserole qui une fois arrivé à ébullition atteindra une température avoisinant les 100°C.

Les bactéries

conserveCertaines bactéries responsables de l’altération des aliments peuvent être vraiment dangereuses pour la santé de l’homme. Cependant, comme tous les organismes vivants, certaines conditions leurs sont plus favorable et nécessaire pour qu’elles puissent être favorisées. La température est ici encore un élément essentiel à leurs développements.

Il sera important lors de certaines techniques de conservation d’atteindre une température supérieur à 115°C qui est vraiment le seuil permettant d’éliminer les bactéries les plus dangereuses et donc de stériliser vos aliments de manière efficace et sûr.

Attention toutefois, la stérilisation doit se faire dans de bonnes conditions et pour vous y aider, je vous propose de laisser un commentaire ci-dessous afin de recevoir une fiche pdf sur la conservation. A savoir que ces fiches sont normalement réservées aux membres de l’espace conseil (petit cadeau rien que pour vous). Cependant, cette technique permet d’éviter tout risque d’altération.

Les autres responsables

Bien entendu, les fruits et légumes sont soumis à d’autres facteurs responsables de leur perte et les rendant “impropres” à la consommation tel que les enzymes, les levures … mais passons désormais en revue quelques méthodes et techniques. Comme je vous le disais, j’aurai l’occasion d’en présenter plusieurs au cours des mois à venir !

6 techniques de conservation à essayer

Chacune de ces méthodes se réalisent en fonction des aliments, si cela vous intéresse, j’écrirai également des articles plus détaillés expliquant quelles méthodes pour quels fruits et légumes.

La stérilisation

Cette méthode est très simple à réaliser, ne demande que l’achat du matériel qui est ensuite réutilisable à souhait. Cela permets de faire monter vos préparations à plus de 115°C atteinte par un auto-cuiseur ou un stérilisateur, permettant ainsi d’éliminer les agents pathogènes afin de stériliser et conserver vos fruits et légumes de manière durable et efficace.

ratatouille en conserve

Le salage

Cette technique permet de pratiquer de la conservation via un processus de déshydratation. C’est à dire qui va permettre d’absorber une partie de l’eau contenue dans les aliments. Le sel ayant cette propriété d’absorber cette humidité et donc de “repousser” les bactéries.

confiture de courgesLes confitures

Etant donné que j’ai déjà eu l’occasion de présenter cette méthode particulièrement simple à réaliser, je vous renvoie simplement vers l’un de mes articles dans lequel, je vous explique pas à pas comment faire de la confiture de courges.

La congélation

Une température aussi basse permet de conserver vos denrées longtemps, et ne vous demande que très peu de travail en amont. Personnellement, je fais blanchir mes fruits et légumes coupés préalablement en petit dés.

“Faire blanchir” consiste à porter vos fruits et légumes à ébullition durant quelques minutes dans le but de les précuire et d’avoir l’action que je vous présentais tout à l’heure. J’utilisais énormément cette méthode dans la restauration car cela me permettait de préparer mes poêlés en amont que je n’avais plus qu’à repasser à la poêle quelques minutes avant de servir. A la maison, une fois refroidit et placés au frigo, vous pourrez également les conserver quelques jours de plus. Cependant, la congélation est très efficace sur la durée de conservation.

haricot prêt à congeler

Les chutneys

Personnellement, J’A-DO-RE !! Cela permet de donner une touche unique à vos plats. Un simple émincé de poulet cuisiné avec un chutney d’orange ou de figue donnera à votre plat une saveur … délicieuse ! Je n’ai pas encore d’article explicatif pour vous montrer comment les faire, mais cela viendra.

Le séchage

Cela est presque, je dis bien presque dans la même optique que le salage, l’idée est d’éliminer l’eau ou plutôt l’humidité contenue dans vos aliments à faire sécher. Car l’humidité est également un facteur responsable du développement de certains organismes entrainant la détérioration des aliments.

N’hésitez pas à laisser un commentaire pour compléter ou donner votre avis sur ces techniques

3 façons de progresser au potager

Si vous êtes en train de me lire c’est probablement que vous êtes à la recherche d’information, de conseils et d’astuces, vous aimeriez peut être progresser davantage dans le domaine du jardinage. Je vais profiter de cet article pour revenir sur les principales choses qui m’ont fait progressé personnellement. Attention toutefois, je suis bien loin de tous savoir et connaitre, je ne suis qu’un amateur de jardinage tout comme vous !

récolte au potager bioLes deux premières parties de cet article sont vraiment des choses que je vous conseille de faire si vous voulez vraiment progresser et obtenir des résultats dans votre potager.

La troisième et dernière partie est plus personnelle et a été selon moi, un superbe méthode pour améliorer mon expérience dans le jardinage.

La lecture d’ouvrage

C’est vraiment le premier pilier qui peut vous permettre de progresser rapidement et efficacement. Si j’ai un ouvrage à vous conseiller c’est Le grand guide du jardinage de John Seymour.

Cependant, il faut également se méfier des ouvrages car (pour la plupart) il ne sont que le récit d’expérience personnelle. Il se peut qu’une chose décrite dans un livre et qui semble super bien fonctionné pour l’auteur, soit complètement différente chez vous, dans votre jardin-potager. Tout simplement parce que les conditions de culture ne sont pas les mêmes, votre terre possède ses propres caractéristiques … Autant de facteurs à prendre en compte pour faire pousser certaines plantes.

Personnellement, lorsque j’ai commencé à me passionné pour la lecture de livre sur le jardinage, j’ai pris l’habitude de tester les astuces dans mon jardin, de prendre le meilleur de chacune d’elle pour ensuite faire à ma sauce et développer ma propre expérience. Cela m’amène à aborder la seconde partie de cet article.

concombre

La pratique

Vous connaissez surement le proverbe : “C’est en forgeant que l’on devient forgeron”. Dans le jardinage, c’est exactement pareil ! Plus vous pratiquez et plus vous maitrisez. Cependant, je suis loin de tout réussir dans mon jardin et comme le disais un maraicher bio que j’ai interviewé, le 100 % de réussite dans un jardin est quasi impossible, si vous faites déjà un 80 % c’est déjà super bien ! Pour être franc, il m’est souvent arrivé de ne pas réussir certaines choses et encore aujourd’hui cela m’arrive, mais ce n’est pas grave ! Il suffit de ré-essayer l’année d’après en essayant de comprendre pourquoi cela n’a pas fonctionné.

D’où l’intérêt de profiter de la période hivernale pour développer vos connaissances, faire des petits bilan afin de progresser chaque année et partir du bon pied chaque début de saison. Cependant …

La pratique ne suffit pas toujours

salade sous mini-serreComme je le disais dans la première partie sur la lecture d’ouvrage : ce qui est vrai chez moi ne l’ai pas forcément chez vous ! Et certaines plantes ont besoins de conditions particulières pour pousser. Pour vous donner un exemple concret : j’adore le fenouil et j’avais entrepris une année, puis deux années d’en faire pousser dans mon jardin. J’avais beau suivre les conseils de culture présentés dans certains livres, de chercher sur internet … rien n’y faisait, je n’ai jamais réussis à avoir du fenouil dans mon jardin. Tout simplement parce que cette plante réclame un certain type de sol que je n’ai pas !

En parlant de cette expérience, j’aimerai aussi vous dire qu’il vaut mieux se concentrer sur des plantes qui se plaisent chez vous et qui viennent de vos régions.

Le blog

Comme je vous le disais, cette dernière partie est plus personnelle mais en clair, le simple fait d’ouvrir le blog au potager bio a été pour moi une source d’inspiration et de motivation. Le fait d’écrire régulièrement des articles (1 fois par semaine en moyenne, parfois plus) ce qui m’a permis de réellement progressé. Sans oublier que vos commentaires, vos questions et remarques me poussaient à écrire de nouveaux articles sur des sujets qui nous intéressaient toutes et tous.

L’autre avantage d’un blog est aussi qu’au moment de publier des articles, des fichiers audios et vidéos, des jardiniers plus experts réagissent et apportent leurs conseils via les commentaires. Cela permets d’apprendre des plus expérimentés et cela a permis à beaucoup d’entre nous de progresser.

Voyez par exemple cette vidéo qui a fait l’objet de plus de 170 commentaires plus intéressant les uns que les autres !

Clairement, si vous cherchez à progresser dans votre pratique du potager, je vous recommande la lecture d’ouvrage sur le potager, de pratiquer et d’essayer les différentes méthodes que vous trouvez, de tirer des leçons d’une année sur l’autre et surtout de développer votre propre façon de jardiner ! Pour ce qui est du blog … Libre à vous mais je vous encourage vraiment à vous y mettre !

Et vous, comment progressez-vous dans le domaine du potager ?

Confiture de courge musquée de Provence

Bonjour à toutes et à tous ! Aujourd’hui, je vous propose une recette qui permets également de varier les plaisirs ainsi que de conserver de manière différentes certains de vos fruits. Vous vous souvenez probablement de l’une de mes courges musquées de Provence pesant 7 kilos 200 grammes ! Après en avoir donner une partie et consommez une autre ; il me restait encore un bon 1/3 que j’ai décidé de faire en confiture. Je vous propose aujourd’hui ce pas à pas à reproduire directement chez vous.

récolte de courges musquées de provenceCourges musquées de 7 kilos 200 grammes

Pour information : il est tout à fait possible de faire ceci avec du potiron, potimarron …

Première étape : Les ingrédients

sucreDans le cas présent, j’ai utilisé le reste d’une courge musquée de Provence qui devait bien pesé entre 1 kilos 500 voir 2 petit kilos (Vous l’aurez compris, j’ai oublié de peser ce reste de courges) + 2 oranges bio + 1 kilos 500 grammes de sucre.

Pour vous donner un repère sur la quantité de sucre, il faut qu’elle soit égale à la quantité de votre fruits.

Seconde étape : Faire votre confiture pas à pas

1/ Commencez par couper en dé votre courge pas forcément besoin de les faire très très fin car durant la cuisson ces derniers vont “fondre”)

courge musquee de Provence coupé en dé

2/ Coupez en lamelle très fine vos deux oranges (ici, il sera important de les faire assez fine car elles ne fondront pas comme précédemment, ce sera les petits morceaux de votre confiture) Personnellement, je n’enlève pas la peau de mes oranges, car une fois cuit et sucré, ces derniers seront comme des oranges confites que j’apprécie particulièrement dans ma confiture.

orange

3/ Ajoutez le sucre et mélangez le tout. Ensuite, laissez reposé toute une nuit au frigo. Comme vous pourrez le constater, les oranges auront dégagé leur jus et auront imprégné complètement votre courge.

mélange de courge + orange + sucre

4/ Il vous reste à faire cuire durant une bonne heure. Vous verrez ensuite vos courges “fondre” et le mélange ressemblera de plus en plus à une sorte de sirop, à une confiture !

Dernière étape : la conservation

Une fois cette étape réalisé, vous allez avoir deux possibilités pour la conservation :

confiture maison1/ Mettre dans des bocaux tel que ceux des confitures que vous pouvez trouver dans le commerce ! Par contre, il est important dans ce cas, que votre mélange au moment de remplir votre bocal soit bien chaud. Une fois remplit et refermé : retournez le pot afin de créer un effet de ventouse sur le couvercle. Comme je vous le disais, il est par contre très important que la préparation soit bien chaude pour créer cet effet.

2/ Mettre dans des bocaux et effectuer une stérilisation !

Pour finir, vous n’aurez plus qu’à laissez refroidir, les stocker pour mieux les consommer sur vos tartines grillées le matin !

Et vous, avez-vous des idées de conservation, des recettes à partager ?