verticilliose des plantes

La verticilliose, ou flétrissure verticillienne, est une maladie cryptogamique très redoutée au jardin-potager, et pour cause : il n’existe aucun traitement curatif !

La prévention et votre réactivité dès les premiers symptômes seront donc les maîtres-mots pour lutter contre ce champignon et limiter les dégâts.

Découvrez tous mes conseils dans cet article !

Qu’est-ce que la verticilliose ?

À l’instar de la rouille et du botrytis, la verticilliose est une maladie cryptogamique, provoquée par les champignons Verticillium dahliae ou Verticillium albo-atrum.

La particularité de cette affection est qu’elle s’attaque au système vasculaire des plantes. En effet, elle bouche les vaisseaux qui permettent la circulation de la sève et donc celle de l’eau et des minéraux. Le mycélium – l’appareil végétatif du champignon – entre le plus souvent à l’intérieur de la plante par les racines, avant de se propager via ses vaisseaux jusqu’aux feuilles. Une blessure, comme une entaille, peut également constituer une porte d’entrée.

Les champignons responsables de la verticilliose sont très résistants : ils survivent dans le sol pendant plusieurs années (jusqu’à 14 ans !) sous forme de mycélium compact, appelé microsclérote.

Lorsque celui-ci entre en contact avec les racines d’une plante dans des conditions qui lui sont favorables – sol humide et températures douces, entre 16 et 25 °C – il germe et produit le mycélium qui pénètre et se propage à l’intérieur de la plante. Il produit alors de nouveau des microsclérotes dans les parties atteintes. Lorsque la plante meurt et se décompose, ces derniers sont relâchés dans le sol, prêts à contaminer d’autres végétaux.

Quels sont les symptômes de la maladie ?

Dans un premier temps, les feuilles les plus basses se ramollissent et présentent des taches jaunes, qui s’étendent peu à peu pour évoluer en nécroses brunes importantes. Elles finissent par se dessécher et s’enrouler sur elles-mêmes. Sur les tiges, des bandes sombres apparaissent dans le sens de la longueur.

La croissance de la plante est freinée, elle jaunit et finit par dépérir.

Quels sont les facteurs de contamination ?

Le printemps est la saison la plus propice à la propagation de la verticilliose : douceur et humidité sont au rendez-vous !

Mais d’autres facteurs peuvent intervenir et favoriser la transmission de la maladie : par les excréments d’animaux ayant consommé des végétaux touchés, par exemple. Les pucerons et les nématodes peuvent également être vecteurs. Enfin, certaines plantes spontanées, comme le plantain ou le chénopode, peuvent être des plantes-hôtes et contaminer leurs voisines.

Quelles plantes sont les plus sensibles ?

Plus de 300 espèces de végétaux peuvent être touchés par la verticilliose. Parmi les plus sensibles, on retrouve au potager : l’aubergine, l’artichaut, le poivron, le piment, la tomate, la pomme de terre, le melon, le concombre, la rhubarbe, les fraises ou encore les framboises.

Au verger, citons le cognassier, le pommier, l’amandier, le pêcher, l’abricotier, l’olivier.

Le jardin d’ornement n’est pas épargné, des arbres aux herbacées, en passant par les arbustes : érables, rosiers, dahlias, asters, œillets, pivoines, prunus, arbre de Judée, berbéris, clématites ou encore daphnés.

Comment prévenir et traiter la verticilliose ?

Malheureusement, il n’existe aucun traitement curatif contre la verticilliose. C’est ce qui rend cette maladie si redoutable !

La lutte est donc uniquement préventive.

  • Au potager, choisissez de préférence des variétés résistantes. Ce n’est pas toujours possible : l’aubergine, par exemple, est très vulnérable face à cette maladie car aucune de ses variétés n’y résiste. Les tomates anciennes y sont également très sensibles.
  • Veillez à retirer les herbes spontanées à proximité immédiate de vos plants, car elles peuvent être des plantes-hôtes du champignon responsable.
  • Pratiquez une rotation des cultures, sur des cycles de 3 à 4 ans.
  • Vous pouvez également pulvériser du purin d’ortie ou une décoction de prêle, afin de renforcer le système de défense de vos plantes.
  • Veillez à la qualité de votre sol, et n’hésitez pas à alléger la terre avec de la matière organique.
  • En cas de symptômes, supprimez rapidement les parties contaminées et débarrassez-vous en (ne les jetez surtout pas au compost). Procédez de même si l’ensemble de la plante semble atteinte, elle est condamnée : retirez-la, enlevez la terre qui entourait ses racines et plantez une espèce végétale résistante à la place. Portez également une attention soutenue à la désinfection de vos outils de coupe. 

Vous en savez désormais davantage sur la verticilliose et les conseils à appliquer pour prévenir la contamination. N’hésitez pas à partager vos expériences en commentaires si vous avez déjà dû faire face à cette maladie !