clé usb pour potager

CompostVous vous demandez quand et comment arroser le compost ? S’il est toujours nécessaire d’arroser le tas de compost et s’il est important de le faire à chaque fois et régulièrement ? Voici quelques indications qui devrait vous être utile et qui vont vous permettre de contrôler l’humidité de votre tas de compost avant d’arroser (ou pas). Le compost est le moyen le plus simple et le plus rapide de créer de l’humus. Cela permet également de recycler une partie de vos déchets et d’avoir de la matière fertile à réutiliser pour votre potager. Au passage, si vous débutez votre potager, je vous suggère de mettre en place dès le début un compost et d’apprendre à vous servir des méthodes naturelles pour enrichir votre terre.

Parmi les méthodes naturelles, il peut être judicieux d’en sélectionner 1 ou 2 dès le départ car la réussite de votre potager dépends en partie de la qualité de votre terre. J’explique de manière détaillé QUAND et COMMENT utiliser les engrais verts, le compost, le Bois Raméal Fragmenté (BRF) et les fumiers d’animaux au sein de cet ouvrage. Pour revenir au compost, je vais commencer par répondre à cette question : Pourquoi contrôler l’humidité de votre compost ?

La qualité d’un compost en 3 points

fourche bêcheComme vous devez vous en douter, la qualité d’un compost réside dans les matières que vous apportez, mais aussi l’aération et l’humidité de ce dernier. Votre rôle sera de rendre ce milieu propice à la dégradation en réalisant ces quelques actions (que j’aurai l’occasion de décrire dans d’autres articles) …

1/ Ajouter les bonnes matières (2/3 de matières carbonées contre 1/3 de matières azotées)

2/ Aérer régulièrement votre compost à l’aide d’une fourche bêche de manière à créer un milieu riche en oxygène, ce qui permettra aux  bactéries, champignons … de prospérer et d’accomplir correctement leur travail en étant favoriser par vos soins.

3/ Contrôler l’humidité afin que le milieu ne soit ni trop sec, ni trop humide. Dans l’un ou l’autre des cas, cela a des conséquences sur la qualité du compost, sur les individus responsables de la dégradation de la matière et sa transformation en humus (résultat de la dégradation de la matière organique).

Pourquoi contrôler l’humidité de votre compost ?

A travers cet article et comme le titre l’indique, je vais axer sur le dernier point qui est celui de l’humidité parce qu’il y a quelques jours de cela, l’un d’entre vous avait quelques interrogations sur QUAND arroser concrètement le tas de compost et à quel rythme ? Je me suis dis que vous étiez peut être plusieurs à vous poser ces questions et je me suis rendu compte que la plupart des sources que j’ai pu trouver était assez vague sur le sujet et ne parlais (que très rarement) de ce contrôle d’humidité.

Et pourtant ! Il est préférable de ne pas établir de rythme particulier pour arroser votre compost (1 fois tous les 15 jours, 1 fois par Mois …) car selon les matières que vous apportez dans celui-ci, le taux d’humidité sera différent d’un tas de compost à un autre. C’est pourquoi, il est préférable de savoir si votre tas de compost à besoin ou PAS d’un apport en eau.

Comment contrôler l’humidité de votre tas de compost ?

Je vous propose le test de l’éponge ! Tout d’abord, prenez un peu de compost entre vos mains et pressez-le comme vous le feriez avec une éponge. Trois possibilités vont alors s’offrir à vous …

Poignée de compost1/ De l’eau coule entre vos doigts ! Cela signifie que votre compost est trop humide ce qui a des conséquences sur la qualité de ce dernier mais aussi sur les agents responsables de la dégradation. Dans ce cas, commencez par aérer votre compost à l’aide d’une fourche bêche afin d’enrichir en oxygène, ajoutez de la matière sèche comme des feuilles mortes (si vous en avez sous la main) … demandez-vous si vous avez bien respecté (approximativement) le rapport carbone / azote cité un peu plus haut dans cet article. Puis oubliez l’arrosage ! Le taux d’humidité étant trop élevé, il sera important d’inverser la tendance. De ce fait, après avoir suivi ces quelques indications, je vous recommande de renouveler ce test quelques temps plus tard et de bien continuer à aérer votre tas de compost.

2/ Pas une seule goutte d’eau ne coule entre vos doigts ! Votre compost vous semble sec, voir trop sec ? Vous l’aurez compris, ceci n’est pas bon non plus car pour que ce milieu soit propice à la dégradation, il faut tout de même un certain taux d’humidité. Dans ce cas, il est probable que votre tas de compost ne contienne pas assez de matière vertes (mauvaises herbes, épluchures de légumes …)et probablement trop de matière sèche (feuilles mortes, cartons déchiqueté sans encre …). La première action est de faire cet apport de matières azotées avec par exemple de la tonte de pelouse qui est facilement trouvable dans l’immédiat tout en essayant d’équilibrer le fameux rapport carbone / azote qui est la clé du succès ! Ensuite, ajoutez de l’eau puis revenez au bout de quelques jours afin de renouveler le test et d’ajuster si besoin votre apport en eau.

3/ Quelques gouttes seulement coule entre vos doigts ! La matière vous semble correcte, ni trop sèche, ni trop humide avec une bonne tenu ? Dans ce cas, tout est parfait ! Vous avez probablement bien respecté le rapport carbone / azote, vous aérez régulièrement votre tas de compost … Alors pas besoin d’en faire davantage, vous n’avez pas besoin de faire d’apport en eau, il vous suffit de continuer comme vous le faites tout en réalisant ce test d’humidité de temps en temps.

Personnellement, je réalise ce petit test environ 1 fois par mois et j’ajuste mes apports en eau en fonction des résultats. Si problème d’humidité, je réalise ce test plus régulièrement jusqu’à retour à la “normale”. Comme vous pouvez le voir, c’est très simple à faire et IMPORTANT avant de faire (ou pas) des apports en eau. Je vous invite à poster un commentaire ci-dessous avec vos questions liées au compost afin que j’écrive d’autres articles sur le sujet et répondant entièrement à vos attentes.

Tome1 - Prenez soin de votre terre
Tome1 - Prenez soin de votre terre
Ce guide de 130 pages et ces nombreux bonus vous explique comment améliorer la terre de votre potager. Vous apprendrez à connaître votre sol pour ensuite l'améliorer en fonction de votre cas bien précis (attention que du bio et du naturel 😉 !) Vous apprendrez également à produire de l'humus avec 5 méthodes différentes (compost, BRF, fumiers d'animaux, engrais vert et lombricompostage).
Prix: 24.00€

Merci de partager cet article avec vos ami(e)s jardiniers, je suis sûr qu’ils / elles vous remercieront mille fois du partage !

N'oubliez pas !

Votre sous-titre ici.