clé usb pour potager

ArrosoirCet article fait l’objet d’un festival d’articles consacré à la Gestion de l’Eau au Jardin Bio et  organisé par Gilles du Blog du Jardinier Bio.  Les articles publiés seront réunis dans un e-book. Vous trouverez tous les renseignements directement  en cliquant ici.

.

La gestion de sa consommation d’eau au jardin-potager est essentielle. Je pense que nous devons, en tant que jardinier responsable, savoir adapter, manier habilement cette dernière en fonction du réel besoin des plantes.

.

Pour cela il suffit de faire quelques gestes pour préserver ce bien qui est et deviendra de plus en plus précieux. J’ajouterais qu’il suffit d’observer ce qui se passe dans certaines régions du monde, d’observer les sècheresses qui touchent de plus en plus d’endroits pour se dire :

.

“Il est grand temps d’agir !!”

.

A notre échelle de jardinier, nous avons le devoir et la possibilité de préserver cette richesse, nous en ressortirons avec une plus grande satisfaction de voir son jardin en total respect de l’environnement.

Voici quelques conseils pour baisser votre consommation d’eau au potager, sans faire souffrir vos plantes.

.

Pailler le sol pour en limiter l’évaporation

.

Avant de baisser sa consommation d’eau, il est important d’apprendre à conserver la fraicheur et l’humidité du sol, tout en le protégeant afin d’en limiter l’évaporation.

Pour cela, j’utilise personnellement le mulching qui consiste à étaler au pieds des cultures “les mauvaises herbes” (adventices) poussant au détriment de nos plantes.

.

J’ai opté pour cette méthode car elle a un double avantage :

– D’un côté il s’agit de matière organique qui va, en se dégradant, nourrir la terre et par la suite la plante, sans compter qu’elle sera un refuge pour de nombreuses espèces.

– De l’autre, ceci va agir comme un paillage, une sorte de couverture pour le sol, ce qui va permettre d’éviter que la terre soit exposée aux rayons du soleil, aux intempéries …

.

De cette manière, la terre ne formera pas de croute en surface, ce qui va permettre de faciliter la pénétration de l’eau dans le sol, eau qui se diffusera aisément sous terre et qui sera assimilée par les racines de vos cultures.

Grâce à cette couverture naturelle autour de vos plantations, même lors de fortes chaleurs estivales, le sol subira moins d’évaporation et vous conserverez efficacement cette fraicheur et humidité du sol dont je parlais un peu plus haut.

.

Tout ces  facteurs à comprendre et à mettre en place au potager sont, bien entendu, pour le confort de vos plantes.

.

En pratiquant ces simples gestes, nous garantissons à nos plantes ce petit espace de bien être qui va les entourer et dans lequel elles pourront assouvir leurs besoins en fraicheur et en eau.

.

Comment apporter l’eau aux plantes ?

.Tuyau d'arrosage

Deux possibilités s’offrent à vous pour bien gérer l’eau au potager : la méthode manuelle (jet,arrosoir …) et/ou automatique (goutte à goutte, kit d’irrigation …). Le choix doit se faire, selon moi, en fonction de la taille de votre potager, de votre emploi du temps, des plantes que vous cultivez. Je vais vous en présenter quelques uns ici :

.

Mon préféré : le goutte à goutte.

.

Je compte justement investir dans ce type d’arrosage cette année, car je trouve personnellement qu’il s’agit d’un bon compromis, entre consommation résonnée et le réel besoin des plantes. Le système délivrant de l’eau de manière régulière et sous forme de gouttelettes aux pieds des cultures.

L’idéal est de réserver ce dispositif aux plantes les plus gourmandes en eau comme : les aubergines, les poivrons, les concombres … leur garantissant ainsi un apport adéquate à leurs besoins.

.

Les solutions manuelles : l’arrosoir ou le jet.

.

Pour les petits potagers, cette méthode peut être suffisante à condition d’être présent lors de la saison chaude et de maitriser quelques gestes, pour le bien-être de vos plantes et de la terre.

En effet, il sera préférable d’éviter d’arroser à grosses gouttes et trop grossièrement le potager, ce qui aurait des conséquences néfastes pour : le sol, les plantes mais aussi pour votre consommation d’eau qui, dans ce cas, ne sera pas réellement maitrisée.

.

La bonne méthode : il sera préférable d’arroser en fine pluie pour éviter de matraquer le sol, mais aussi uniquement aux pieds des plantes pour que ce soit les racines qui en bénéficient.

De plus, le fait d’arroser le feuillage de certaines cultures comme les tomates, les pommes de terre … augmente le risque de propagation du mildiou, et d’autres maladies du potager.

.

Une petite astuce que je pratique : j’ai l’habitude de faire “une petite cuve” aux pieds de mes cultures. De cette manière, l’eau que j’apportais, jusqu’ici à l’arrosoir, ne s’étale pas partout, mais est absorbée dans ce creux qui va directement aux racines de la plante pour son plus grand bonheur.

.

Cependant  : Quand arroser et tout les combien ?

.

Quand ? Il y a également deux possibilités, à deux moment de la journée pour arroser : le matin ou bien le soir.

Je vais peut être provoquer des réactions, mais je pense sincèrement qu’il est préférable d’arroser le soir, à la fraiche avec la méthode manuelle pendant l’été ; mais pourquoi je dis cela ? Et bien, il nous suffit de comparer :

.

Les avantages et inconvénients :

La fraicheur de la nuit va permettre au sol d’absorber la totalité de l’eau que vous allez lui apporter ; les plantes vont, de ce fait, pouvoir en profiter pleinement et l’assimiler par les racines au cours de la nuit, sans qu’aucune évaporation ne se fasse.

goutte d'eauA la différence, le matin connait déjà un arrosage et naturel en plus : la rosée dont la terre, la végétation peuvent profiter pleinement avant la montée progressive de la chaleur, dont une partie connaitra, malgré tout, un phénomène d’évaporation qui sera limité grâce au paillage.

En bref, en arrosant le soir, lors de fortes chaleurs, nous permettons à nos plantes de connaitre deux petites doses de fraicheur : une matinale étant naturelle et l’autre venant de notre part plutôt le soir (tiens ça rime). Cependant :

Crédit : Erwan

.

Faut-il arroser tout les jours ?

Je pense que cela dépend de nombreux paramètres dont : la température et la chaleur qui lui est liée, s’il y a eu de la pluie, mais aussi selon la région dans laquelle vous habitez.

Le tout est de savoir comprendre les besoins de vos plantes, en sachant les observer et en repérant des signes de manque d’eau, comme par exemple : votre plante vous fait la gueule, la terre vous semble sèche malgré le paillage, il a fait très chaud ces derniers jours, mais vous n’avez pas forcément arrosé …

Tous ces petits signes qui sont très parlant et qui vous disent : il est temps de me donner à boire, j’ai soif !!

.

Pour conclure

.

Il est vrai que l’eau devient, au fil des années, un bien de plus en plus précieux qu’il nous faut dès maintenant commencer à préserver et à ne pas gaspiller.

Le jardinage bio est l’allié de cette prise de conscience, qui nous fait voyager dans le temps en commençant par mélanger les pratiques ancestrales aux découvertes du jardinage actuel.

Aujourd’hui, nous sommes capables de comprendre le fonctionnement d’un sol, d’une plante et de leurs besoins. Nous avons développé, avec le temps, des connaissances, des idées de part les recherches … Pour faire du jardinage un moment agréable en parfaite harmonie avec notre environnement.

.

Il existe, bien entendu, de nombreuses façons de gérer son eau au potager, comme les récupérateur d’eau de pluie …. Mais voici la mienne que je vous invite à partager autour de vous si vous êtes en corrélation avec cette façon de concevoir le potager.

.

.

.

N'oubliez pas !

Votre sous-titre ici.